Les Anxiolytiques

Comment marche notre corps ? Quels médicaments utiliser ?

Modérateur: Modo_Team

Les Anxiolytiques

Message par Zackoune » Ven 18 Août 2006, 19:47

LES ANXIOLYTIQUES


Ils sont des sédatifs de l'angoisse et de ses conséquences. Les plus souvent prescrits sont surtout les médicaments issus de la famille des benzodiazépines qui possèdent un effet anxiolytique significatif et rapide, en particulier sur les signes somatiques. Les médecins les prescrivent en général pour une durée assez courte, car ils peuvent induire des effets de dépendance.
Dernière édition par Zackoune le Mer 23 Août 2006, 7:42, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

Message par Zackoune » Ven 18 Août 2006, 19:48

Les benzodiazépines

Les benzodiazépines sont une gamme de molécules très homogènes avec les mêmes propriétés biochimiques et pharmacologiques et n'ont pas de toxicité notable. Ils ne doivent pas être confondus avec les antidépresseurs car ils agissent essentiellement sur la composante anxieuse de la dépression.
Utilisées seules, elles ne constituent pas un traitement de la dépression et peuvent même , éventuellement, en masquer les signes. Ils apportent une détente musculaire, une légère euphorie, un relâchement de la tension psychique, ce sont des substances anti-convulsivantes et amnésiantes.

Dans le cas de la laxophobie, elles doivent être utilisé pour juguler une attaque de panique. Et ne sont en aucun cas un traitement au long court.

Ex : Xanax (alprazolam), Anxyrex et Lexomil (bromazepam), Valium (Diazepam), Equitam (Lorazepam), Halcion (triazolam), Havlane (Loprazolam), Lysanxia (Prazepam).

Exemple du Xanax

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Mises en garde :
En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose, ou de déficit en lactase.

Tolérance pharmacologique :
L'effet anxiolytique des benzodiazépines et apparentés peut diminuer progressivement malgré l'utilisation de la même dose en cas d'administration durant plusieurs semaines.

Dépendance :
Tout traitement par les benzodiazépines et apparentés, et plus particulièrement en cas d'utilisation prolongée, peut entraîner un état de pharmacodépendance physique et psychique.
Divers facteurs semblent favoriser la survenue de la dépendance :
· durée du traitement,
· dose,
· antécédents d'autres dépendances médicamenteuses ou non, y compris alcoolique.
Une pharmacodépendance peut survenir à doses thérapeutiques et/ou chez des patients sans facteur de risque individualisé.
Cet état peut entraîner à l'arrêt du traitement un phénomène de sevrage.
Certains symptômes sont fréquents et d'apparence banale : insomnie, céphalées, anxiété importante, myalgies, tension musculaire, irritabilité.
D'autres symptômes sont plus rares : agitation, voire épisode confusionnel, paresthésies des extrémités, hyperréactivité à la lumière, au bruit, et au contact physique, dépersonnalisation, déréalisation, phénomènes hallucinatoires, convulsions.
Les symptômes du sevrage peuvent se manifester dans les jours qui suivent l'arrêt du traitement. Pour les benzodiazépines à durée d'action brève, et surtout si elles sont données à doses élevées, les symptômes peuvent même se manifester dans l'intervalle qui sépare deux prises.
L'association de plusieurs benzodiazépines risque, quelle qu'en soit l'indication, anxiolytique ou hypnotique, d'accroître le risque de pharmacodépendance.
Des cas d'abus ont également été rapportés.

Phénomène de rebond :
Ce syndrome transitoire peut se manifester sous la forme d'une exacerbation de l'anxiété qui avait motivé le traitement par les benzodiazépines et apparentés.

Amnésie et altérations des fonctions psychomotrices :
Une amnésie antérograde ainsi que des altérations des fonctions psychomotrices sont susceptibles d'apparaître dans les heures qui suivent la prise.

Troubles du comportement :
Chez certains sujets, les benzodiazépines et produits apparentés peuvent entraîner un syndrome associant à des degrés divers une altération de l'état de conscience et des troubles du comportement et de la mémoire.
Peuvent être observés :
· aggravation de l'insomnie, cauchemars, agitation, nervosité ;
· idées délirantes, hallucinations, état confuso-onirique, symptômes de type psychotique ;
· désinhibition avec impulsivité ;
· euphorie, irritabilité ;
· amnésie antérograde ;
· suggestibilité.
Ce syndrome peut s'accompagner de troubles potentiellement dangereux pour le patient ou pour autrui, à type de :
· comportement inhabituel pour le patient ;
· comportement auto- ou hétéro-agressif, notamment si l'entourage tente d'entraver l'activité du patient ;
· conduites automatiques avec amnésie post-événementielle.
Ces manifestations imposent l'arrêt du traitement.

Risque d'accumulation :
Les benzodiazépines et apparentés (comme tous les médicaments) persistent dans l'organisme pour une période de l'ordre de 5 demi-vies (cf Pharmacocinétique).
Chez des personnes âgées ou souffrant d'insuffisance rénale ou hépatique, la demi-vie peut s'allonger considérablement. Lors de prises répétées, le médicament ou ses métabolites atteignent le plateau d'équilibre beaucoup plus tard et à un niveau beaucoup plus élevé. Ce n'est qu'après l'obtention d'un plateau d'équilibre qu'il est possible d'évaluer à la fois l'efficacité et la sécurité du médicament.
Une adaptation posologique peut être nécessaire (cf Posologie/Mode d'administration).

Sujet âgé :
Les benzodiazépines et produits apparentés doivent être utilisés avec prudence chez le sujet âgé, en raison du risque de sédation et/ou d'effet myorelaxant qui peuvent favoriser les chutes, avec des conséquences souvent graves dans cette population.

Précautions d'emploi :
La plus grande prudence est recommandée en cas d'antécédents d'alcoolisme ou d'autres dépendances, médicamenteuses ou non (cf Interactions).

Chez le sujet présentant un épisode dépressif majeur :
Les benzodiazépines et apparentés ne doivent pas être prescrits seuls car ils laissent la dépression évoluer pour son propre compte avec persistance ou majoration du risque suicidaire.

Modalités d'arrêt progressif du traitement :
Elles doivent être énoncées au patient de façon précise.
Outre la nécessité de décroissance progressive des doses, les patients devront être avertis de la possibilité d'un phénomène de rebond, afin de minimiser l'anxiété qui pourrait découler des symptômes liés à cette interruption, même progressive.
Le patient doit être prévenu du caractère éventuellement inconfortable de cette phase.

Enfant (cp à 0,25 mg) :
Plus encore que chez l'adulte, le rapport bénéfice/risque sera scrupuleusement évalué et la durée du traitement aussi brève que possible. Aucune étude clinique n'a été conduite chez l'enfant avec l'alprazolam.

Sujet âgé, insuffisant rénal, insuffisant hépatique :
Le risque d'accumulation conduit à réduire la posologie, de moitié par exemple (cf Mises en garde/Précautions d'emploi).

Insuffisant respiratoire :
Chez l'insuffisant respiratoire, il convient de prendre en compte l'effet dépresseur des benzodiazépines et apparentés (d'autant que l'anxiété et l'agitation peuvent constituer des signes d'appel d'une décompensation de la fonction respiratoire qui justifie le passage en unité de soins intensifs).

EFFETS INDÉSIRABLES

Ils sont en rapport avec la dose ingérée, la sensibilité individuelle du patient.

Effets indésirables neuropsychiatriques (cf Mises en garde/Précautions d'emploi) :
· Amnésie antérograde, qui peut survenir aux doses thérapeutiques, le risque augmentant proportionnellement à la dose.
· Troubles du comportement, modifications de la conscience, irritabilité, agressivité, agitation.
· Dépendance physique et psychique, même à doses thérapeutiques avec syndrome de sevrage ou de rebond à l'arrêt du traitement.
· Sensations ébrieuses, céphalées, ataxie.
· Confusion, baisse de vigilance voire somnolence (particulièrement chez le sujet âgé), insomnie, cauchemars, tension.
· Modifications de la libido.
Effets indésirables cutanés :
Éruptions cutanées, prurigineuses ou non.

Effets indésirables généraux :
Hypotonie musculaire, asthénie.

Effets indésirables oculaires :
Diplopie.
Dernière édition par Zackoune le Ven 18 Août 2006, 19:56, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

Message par Zackoune » Ven 18 Août 2006, 19:48

Les Carbamates

Equanil : http://www.doctissimo.fr/medicament-EQUANIL.htm

Ces traitements, en dehors des somnolences diurnes ou de réactions allergiques, entraînent une dépendance psychologique et physique beaucoup plus nette que les benzodiazépines avec syndrome de sevrage à l'arrêt brutal (confusion mentale, crise épileptique) et induction des enzymes hépatiques. Le surdosage peut engendrer des troubles du rythme et un collapsus cardiovasculaire parfois fatal
Dernière édition par Zackoune le Ven 18 Août 2006, 19:51, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

Message par Zackoune » Ven 18 Août 2006, 19:48

Les Piperazines

Atarax : http://www.doctissimo.fr/medicament-ATARAX.htm

Il s'agit d'un antihystaminique, donc a l'origine un medicament pour lutter contre les allergies, et on s'est appercu qu'il avait une action positive sur les anxietes. Moins efficace que les benzodiazepines et les carbamates, on le preferera pourtant parce que n'entrainant pas de dépendance.

Cependant il n'est pas sans effets indésirables et peut entrainer de façon variables :
somnolence, sécheresse de la bouche, constipation, risque de blocage des urines (surtout en cas d'adénome de la prostate) et de glaucome, troubles de la vue (difficultés d'accommodation, sensibilité à la lumière), troubles de l'équilibre chez les sujets âgés.
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

Message par ANNELLA » Mar 19 Déc 2006, 21:05

Bonsoir , est ce que quelqu'un connait xanax et peut me dire si en l'arrêtant au bout de 2 semaines de prises régulières , ça peut provoquer des douleurs articulaires et des sensations d'oppression au niveau de la gorge dès le lendemain d'arrêt , ;) merci
ANNELLA
Avatar de l’utilisateur
ANNELLA
Membre de bronze
 
Message(s) : 202
Inscription : Dim 10 Déc 2006, 13:09
 

Message par loulou » Mar 19 Déc 2006, 21:25

Jamais testé, moi c'est lysanxia mais en général pour tous les anxio, il faut y aller progressivement pour arreter et ne pas le faire d'un coup..sinon pour les effets secondaires..aucune idée..sorry :mmm:
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Message par KAT » Mar 19 Déc 2006, 21:30

Moi j'ai pris Xanax, mais à l'arrêt j'ai pas ressenti ça :??:

:bye:
Kat, la Warrior du PBA

le fée Clochette c'est moi !
ding ding ding.....
Avatar de l’utilisateur
KAT
Ancien
 
Message(s) : 6301
Inscription : Ven 18 Août 2006, 20:30
Localisation : 95 (colo type D et laxo modérée)
 

Message par ANNELLA » Mar 19 Déc 2006, 21:35

C'est horrible , je suis en train de me payer une super crise d'angoisse : la gorge se serre de plus en plus et les articulations bloquées , si ça continu SOS médecin , merci quand même :bahh:
ANNELLA
Avatar de l’utilisateur
ANNELLA
Membre de bronze
 
Message(s) : 202
Inscription : Dim 10 Déc 2006, 13:09
 

Message par KAT » Mar 19 Déc 2006, 21:39

ben alors, tu me fais peur là !!!!
Kat, la Warrior du PBA

le fée Clochette c'est moi !
ding ding ding.....
Avatar de l’utilisateur
KAT
Ancien
 
Message(s) : 6301
Inscription : Ven 18 Août 2006, 20:30
Localisation : 95 (colo type D et laxo modérée)
 

Message par loulou » Mar 19 Déc 2006, 21:45

MAis pourquoi as tu arreté le xanax? ne pourrais tu pas essayer d'en reprendre la, pour voir si c'est bien un effet secondaire de l'arret?
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Message par ANNELLA » Mar 19 Déc 2006, 21:52

J'ai cru qu'avec le calmant qu'il m'a donné hier pour la colo ,je pouvais stopper un peu le xanax . Je viens de prendre un peu l'air et j'ai repris un demi xanax et un efferalgant codeïne pour les douleurs . Ca va un peu mieux , la gorge se dénoue , pardon pour les frayeurs mais j'ai paniqué sérieux .
ANNELLA
Avatar de l’utilisateur
ANNELLA
Membre de bronze
 
Message(s) : 202
Inscription : Dim 10 Déc 2006, 13:09
 

Message par loulou » Mar 19 Déc 2006, 21:59

ouf tu nous rassures, comme koi, faut pas stopper les anxio comme ca !! :heink:
j'aurais pas cru tiens !! :bahh:
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

xanax et dépendances

Message par emmanuel » Ven 22 Déc 2006, 10:23

:sol: xanax entraine 1 dépendance ,je le sais pour cause d'en avoir pris sur 1 courte durée :pompom: c comme le lexomil ca aussi il faut le diminué progréssivement sinon c les crises d'angoisses assuré!je sais que c dur je suis passé par la maintenant le seul anxiolitiques que je prend et encore il faut que g 1 crise c le librax qui pour moi n'a jamais entrainé de dépendances(enfin pour l'instant) voila bises et bon courage :console:
mes enfants, ma vie c pour eux que j'espère 1 jour ne plus etre colopathe
Avatar de l’utilisateur
emmanuel
Habitué
 
Message(s) : 37
Inscription : Mar 19 Déc 2006, 12:29
Localisation : ruffec
 

Message par Jeff » Mar 06 Fév 2007, 14:32

loulou a écrit :moi c'est lysanxia mais en général pour tous les anxio, il faut y aller progressivement pour arreter et ne pas le faire d'un coup..


J'ai testé ce lysanxia. Ca m'a fait un peu tourné la tête, mais l'angoisse était toujours là, en sourdine. Bref, ça faisait le même effet qu'un coup de massue sur la tête. Je m'attendais à quelque chose d'un peu moins primaire comme effet, genre je pense à ce qui m'angoisse et ça me fait rigoler. Là je rêve peut-être, ou alors il faudrait prendre des trucs beaucoup plus forts.
Avatar de l’utilisateur
Jeff
Ancien
 
Message(s) : 6449
Inscription : Mer 17 Jan 2007, 13:04
 

Message par loulou » Mar 06 Fév 2007, 14:38

lysanxia c le plus faible des anxio apparament ! j'en prends toujours 1 par jour mais j'avoue que je vois plus trop l'effet...jai toujours mes peurs et mes diahrrées avant de sortir...peut etre faudrait il passer aux AD, pour avoir qqch de plus concret...j'y songe personnellement.. :mmm:
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 
 
Suivant

Retour vers Médicaments classiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)