Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Comment marche notre corps ? Quels médicaments utiliser ?

Modérateur: Modo_Team

Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par Jeff » Mar 22 Jan 2008, 19:04

Dans Le Figaro :

Selon une étude américaine, les publications scientifiques sur les nouveaux psychotropes exagèrent leur action.

C'est un pavé dans la mare. L'efficacité des nouveaux antidépresseurs mis sur le marché depuis le milieu des années 1980, avec pour chef de file la fluoxétine (alias Prozac), est mise en doute par des experts américains de la FDA, la toute puissante agence américaine du médicament. Une étude du New England Journal of Medicine dé­montre que des publications ont exagéré l'efficacité de ces médicaments parés de toutes les vertus par les laboratoires, les médecins et même les malades.

Le Dr Erick Turner, psychiatreet pharmacologue (université de l'Oregon) et son équipe ont passé en revue 74 essais cliniques ayant inclus 12 564 patients. Ces études, toutes soumises à la FDA, ont concerné 12 nouveaux antidépresseurs très largement prescrits en­tre 1981 et 2004.

Les résultats de cette analyse sont révélateurs. Selon les données publiées dans les revues scientifiques, 94 % des médicaments testés avaient des effets positifs. Mais, pour la FDA, juge beaucoup plus sourcilleux, seule la moitié des études soumises à sa sagacité était dans ce cas.

Dans l'autre moitié, les médicaments n'avaient pas l'effet es­compté. De surcroît, si toutes les études positives, sauf une, ont donné lieu à publication dans la littérature scientifique, celles qui étaient négatives (33 sur 36 ayant enrôlé 5 212 patients) sont restées dans les tiroirs de la FDA. Ou, pis, elles ont été «maquillées» pour leur donner un aspect positif, contraire au verdict de la FDA. «Des publications sélectives peu­vent conduire les médecins et les patients à croire que ces médicaments sont plus efficaces qu'ils ne le sont vraiment, un résultat susceptible d'influencer les prescriptions», constate le Dr Turner, qui a été durant trois ans conseiller expert à la FDA pour les médicaments psychotropes, dont les antidépresseurs.

Logique marchande


«Nous ne savons pas si ces er­reurs d'interprétation résultent d'une faute des auteurs ou des sponsors qui ont soumis leur manuscrit, ou d'une décision des éditeurs de ne pas publier certaines études, voire de ces deux parties. Mais une chose est sûre, les médecins prescripteurs et les personnes traitées, les premières concernées, devraient avoir accès à des expertises complètes et non maquillées.»

Cette étude apporte de nouveaux arguments aux experts qui dénoncent la dérive du marché des psychotropes, incriminant la logique marchande des firmes.

«Le volume des ventes d'antidépresseurs a doublé en dix ans tant en France qu'en Belgique», a rappelé la psychiatre belge Monique Debauche à l'occasion d'un débat organisé par la revue Prescrire sur le thème de la santé mentale. Et ce dans un contexte très interventionniste avec des campagnes de santé incitant à diagnostiquer plus pour traiter plus, voire à s'autodiagnostiquer dépressif. Elle explique cette dérive par l'om­­niprésence des laboratoires dans la formation et l'information des soignants, le financement d'as­sociations de patients et la pu­blicité indirecte par des campagnes dites de sensibilisation.

Il y a aussi la forte demande des personnes déprimées habituées à penser leur souffrance en terme de maladie curable par des petites pilules et la formation des médecins centrée sur le médicament. Cette psychiatre n'hésite pas à mettre en cause la construction des essais cliniques préalables à la mise sur le marché des nouvelles molécules. Vu les enjeux financiers, ceux-ci sont construits comme des supports promotionnels avec des échelles d'évaluation mettant en avant les seuls symptômes améliorés par le produit.

Et comme les essais cliniques sont très coûteux, ils sont sous-traités à des sociétés privées qui, dans certains cas, les font réaliser dans des pays peu regardants sur la rigueur méthodologique comme les ex-républiques de l'URSS, l'Inde ou la Chine, sur des trop petits nombres de patients, avec des chercheurs non cliniciens pour les évaluer, et avec des échelles d'évaluation ne tenant pas compte des particularités culturelles et sociales.

Le Dr Debauche en arrive aux mêmes conclusions que le Dr Erick Turner : seuls les essais cliniques montrant des effets positifs seront publiés. Au final, c'est donc toute la question de l'objectivité de la re­cherche biomédicale qui est posée.

Barbara Mintzes, chercheuse canadienne en santé publique (université de Colombie-Britannique) a, quant à elle, mis en cause le «façonnage des maladies» qui vise à élargir la définition d'une maladie à traiter pour augmenter la quantité de traitements vendus.

C'est ainsi que la dépression, autrefois considérée comme une pathologie aiguë, est de plus en plus souvent présentée comme une affection chronique qui démarre de plus en plus jeune. Tant et si bien que, selon cette chercheuse, aux États-Unis, la prescription d'antidépresseurs chez les adolescents et même les enfants a été multipliée de quatre à dix fois entre 1992 et 2002 et par dix au Royaume-Uni entre 1992 et 2001.
Image
Avatar de l’utilisateur
Jeff
Ancien
 
Message(s) : 6449
Inscription : Mer 17 Jan 2007, 13:04
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par loulou » Mar 22 Jan 2008, 21:03

ouais, je suis plutot contre ce genre de prescription sur des ados et encore plus sur les enfants :nul:

on pense tout de suite AD si on a un coup de déprime! les psychiatres dégainent leur ordonnance plus vite que leur ombre, c'est bien triste ! :(

en tous cas, moi je suis en stage dans un Centre de soins pour Toxicomanes et je vois la façon dont procède les labos pour promouvoir leur "médoc" (en l'occurence méthadone)...en fait, c'est tout simplement une démarche commerciale. :sweet:
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par Mister M » Jeu 24 Jan 2008, 12:03

C'est bizarre, dans mon cas le médecin a attendu il y a 3 ans que je soit au fond du gouffre pour me prescrire un AD: L'Effexor. Si je l'avais eu avant, peut-être aurais-je pu remonter la pente avant, et plus facilement...
Avatar de l’utilisateur
Mister M
Membre de bronze
 
Message(s) : 181
Inscription : Lun 30 Oct 2006, 20:21
Localisation : 95
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par lolabreizh » Sam 26 Jan 2008, 19:30

c clair, moi je supporte par les AD :cry: :cry: :cry:
Avatar de l’utilisateur
lolabreizh
Membre exclu
 
Message(s) : 2663
Inscription : Ven 20 Oct 2006, 9:41
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par Neko » Sam 26 Jan 2008, 20:19

Moi j'ai l'impression que les médecins, psy ou généralistes, ont tendance à prescrire les AD en sous-estimant leur réelle utilité et trop systématiquement, sans chercher à savoir si l'on en a vraiment besoin.

Cet article ne semble pas préciser, également, si le traitements sont pris dans le contexte d'une psychothérapie ou non. Je pense que c'est pourtant important, car on peut confondre les AD avec une pilule miracle qui agit toute seule.....
Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois. Barjavel
Tu dois contrôler tes émotions si tu ne veux pas que tes émotions te contrôlent. Star Trek XI - Sarek
Avatar de l’utilisateur
Neko
Ancien
 
Message(s) : 4095
Inscription : Jeu 31 Août 2006, 8:19
Localisation : Ain
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par lolabreizh » Sam 26 Jan 2008, 21:30

Bien joué Neko :bravo: :bravo: :bravo:
Avatar de l’utilisateur
lolabreizh
Membre exclu
 
Message(s) : 2663
Inscription : Ven 20 Oct 2006, 9:41
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par Mister M » Sam 26 Jan 2008, 22:24

La dernière fois que j'ai eu à prendre de l'Effexor, un AD, mon médecin ma dit qu'il m'était prescrit pour son côté anxyolitique, et non pas anti-depressif :??:
Avatar de l’utilisateur
Mister M
Membre de bronze
 
Message(s) : 181
Inscription : Lun 30 Oct 2006, 20:21
Localisation : 95
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par Neko » Dim 27 Jan 2008, 11:42

Dans ce cas pourquoi ne t'a-t-il pas prescrit un anxiolytique ? :heink:
Il a certainement une bonne raison (après tout je ne suis pas médecin ! ;) )
Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois. Barjavel
Tu dois contrôler tes émotions si tu ne veux pas que tes émotions te contrôlent. Star Trek XI - Sarek
Avatar de l’utilisateur
Neko
Ancien
 
Message(s) : 4095
Inscription : Jeu 31 Août 2006, 8:19
Localisation : Ain
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par lolabreizh » Dim 27 Jan 2008, 17:31

C'est vrai que les anxyolitiques peuvent aider, je prend du Lysanxia et cela me convient trés trés bien :hello: :hello: :hello:
Avatar de l’utilisateur
lolabreizh
Membre exclu
 
Message(s) : 2663
Inscription : Ven 20 Oct 2006, 9:41
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par loulou » Dim 27 Jan 2008, 22:01

:pt1cable: :pt1cable: prescrire un Ad pour son effet anxio !! je comprends rien a la médecine moi ! :lol:

idem, sous anxio lysanxia, trés bien :jap:
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: Le pouvoir des antidépresseurs remis en cause

Message par Mister M » Dim 27 Jan 2008, 22:10

Ba apparemment l'Effexor est un AD qui aurait également un effet anxyolitique, qui peut se prendre plus à long terme qu'un anxyolitique de base.

Enfin... c'est ce que me disait mon médecin généraliste...
Avatar de l’utilisateur
Mister M
Membre de bronze
 
Message(s) : 181
Inscription : Lun 30 Oct 2006, 20:21
Localisation : 95
 
 

Retour vers Médicaments classiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité