Colopathie fonctionnelle et vie de couple ?

Relations amoureuses et familiales, sexualité, grossesse...

Modérateur: Modo_Team

Colopathie fonctionnelle et vie de couple ?

Message par Zackoune » Ven 25 Août 2006, 14:21

J'aimerai votre avis sur ce sujet.

Pour ma part, je suis célibataire sans enfant.

Et si la situation est ainsi c'est en grosse partie due a la maladie.
Comment imposer a un conjoint les crises algiques et les crises de panique. Comment bien elever un enfant quand l'exemple du pere protecteur qu'il a est celui d'un homme toujours centré sur son ventre et donc forcement egocentrique.

Bref si cela ne vous derange pas de vous confier sur le sujet, j'aimerai que vous envisagiez vos vies de couple et de parent respectives et la place de la maladie dans celles-ci.
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

Message par Zackoune » Ven 25 Août 2006, 16:26

si ma petite fille (j'mimagine toujuors que j'aurais des filles, bizarre ) voit son papa qui est malade dans le métro, elle va en souffrir et c'est cette peur de la faire souffrir qui va primer, .... enfin j'imagine, je ne sais pas si les papas et mamans du forum vivent les choses comme ça,...


C'est ce qui me fait flipper aussi.
On dit souvent que les enfants reproduisent les schemas qu'ils ont connu etant petits. Je ne souhaite en aucun cas léguer cette maladie à mes bouts de chou.

Alors les papas et mamans du forum z'en pensez quoi, vos enfants ont ils ce genre de reponse devant un stress ou vivent ils leur vie sans probleme ?
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

Je me permets de demander...

Message par Sophie » Ven 25 Août 2006, 18:02

... quelle vie de couple ? Déjà faudrait-il trouver la bonne personne, ce qui n'est déjà pas facile en soi mais en + avec la colopathie, un homme m'approche, me drague, me propose d'aller en boîte : je n'ose pas car toujours la file devant les toilettes. M'invite au resto : je n'ose pas parce que me lever toutes les 30 minutes pour aller aux toilettes, c'est pas des + romantiques. Me propose une petite ballade romantique, moi qui suis terriblement romantique justement, dans les bois : sûrement pas car je n'ai jamais vu de toilettes publiques derrière le troisième chêne à droite après le 1er étang... et puis il me lache. Je ne crois pas que dès la première rencontre, je vais lui annoncer tout de go : "futur chéri, j'ai une colopathie fonctionnelle, essaye de me comprendre".
J'en ai les larmes aux yeux, vraiment, tellement je sens une rage telle vis-à-vis de cette pathologie qui me gâche la vie à ce niveau-là et à tant d'autres aussi et je pense ne pas être la seule à resentir cela.
Mes devises : "Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse"et "J'apprends par mes erreurs"
Avatar de l’utilisateur
Sophie
Ancien
 
Message(s) : 739
Inscription : Ven 25 Août 2006, 16:17
Localisation : Bruxelles (colo type D +++)
 

vie à 2 et enfants

Message par louloutte98 » Ven 25 Août 2006, 19:27

:love: Et bien moi je suis mariée et j'ai une petite fille super canon de 4 ans. Mon mari me soutient en me disant des trucs du genre "mais arrêtes de paniquer, si ça va pas on rentre, ou là-bas y'a des wc, tout le monde cague comme toi..." Et ma fille, elle est habituée à me voir manger beaucoup de pâtes et du coup elle en profite pour en avoir aussi. Et dès fois si une crise survient je lui dis "viens chérie maman doit aller aux toilettes on repart". Evidemment j'èvite de lui filer mon angoisse mais ce qui est bizarre c'est qu'elle se plaint souvent du ventre :ouch: (mais très souvent c'est histoire de ne pas finir son assiette, elle a trouvé l'excuse). Elle est constipée ma puce et dès fois cela la fait saigner même. Autre hic, elle a peur des cacas mous (pour elle c'est pas "normal"), cela suite à une petite gastro qui a du la marquée. Donc elle doit tout de même ressentir des choses dès fois. Cela dit c'est une enfant très éveillée, très vive et assez terrible !
Bref, une vie de couple et des enfants c'est certainment la plus grosse raison de se battre, de se forcer à sortir et aussi le meilleur soutien. Un mari qui ne comprendrait pas ne serait pas digne de mon amour car on dit "pour le meilleur et pour le pire".
Gros bisous :love:
Avatar de l’utilisateur
louloutte98
Membre de bronze
 
Message(s) : 232
Inscription : Mar 22 Août 2006, 9:25
Localisation : Nouméa
 

Message par Zackoune » Sam 26 Août 2006, 7:28

Merci Louloute pour ce temoignage.
Ca peut laisser augurer certains jours meilleurs.
En revanche, ca me ferait flipper d'avoir ma fille qui focalise un peu trop sur mon ventre, je crois que je me sentirai responsable.

En revanche Sophie,
Ce forum est la pour nous aider a tous a exprimer nos inquietudes, nos doutes, nos hantises. C'est deja un pas dans l'acceptation de la maladie et dans sa prise en charge. Reussir a en parler est deja un signe que tu es sur la bonne voie.
Pour ce qui est des relations, je dois avouer que j'ai tout essayer, le dire, ne pas le dire, le dire a mi-mot. Mais le probleme ne vient pas des autres en general, mais de moi qui est peur d'imposer une vie difficile a celle qui partage ma vie.
Donc je ne m'accroche jamais vraiment et des que je sens que ca devient trop serieux je fuis.

M'enfin j'epere bien que ca va changer ca.

Allez courage les filles.
Avatar de l’utilisateur
Zackoune
Ancien
 
Message(s) : 383
Inscription : Ven 18 Août 2006, 14:38
Localisation : RP - Pantin
 

vie à 2 ou plus

Message par louloutte98 » Sam 26 Août 2006, 8:22

Et Zackoune, Philppon, Sophie et les autres, secouez vous un peu, vous n'allez tout de même pas finir votre vie seuls pour une histoire de caca. Il y a des gens paraplégiques, mal-voyants, cancéreux, séropositifs... qui ont trouvé l'âme soeur. Vous, vous caguez plus souvent que la moyenne c'est tout ! Cela n'enlève rien à vos qualités. Être aimé et entouré ne peut qu'aider à se battre. Et qui sait c'est peut-être ce qui vous manque, ce qui est UN PEU à l'origine de vos maux, une certaine frustration, un certain vide affectif... Bon là je joue un peu le psy mais comme je vous l'avais déjà dit sur Doctissimo, personnellement je ne vois pas lâcher une personne que j'aime parce qu'elle a la ch.. ou qu'elle pète. Il y a bien plus important comme valeur. Les hommes perdent les cheveux, les femmes chopent de la cellulite ça c'est une fatalité, mais le célibat NON! Alors j'espère apprendre bientôt que vous êtes amoureux ou du moins que vous vous donnez une chance de l'être! :P
Avatar de l’utilisateur
louloutte98
Membre de bronze
 
Message(s) : 232
Inscription : Mar 22 Août 2006, 9:25
Localisation : Nouméa
 

Message par Optimus Princeps » Sam 26 Août 2006, 8:52

Je viens aussi pour dire que la vie de couple est possible chez les colopathes. Malgré tout, malgré les lâchetés quotidiennes provoquées par la peur des crises, malgré la honte sociale, malgré les douleurs.

J'ai rencontré ma femme au pire moment de la déclaration de ma colopathie. J'alternais les moments d'euphorie (mon état normal) avec des coups de blues à faire pleurer tout un régiment de parachutistes !
Mais la maladie, quand on a la chance de trouver la femme de sa vie, c'est accessoire. On s'en fout que je sois malade. A moi aussi, on me dit souvent "si ça va pas, on rentre".
Mais elle me bouscule aussi. Et je l'en remercie. C'est parce que je me suis fait engueulé que j'ai pu faire ma première intervention en colloque. Un truc hyper important (la première fois ! Pour un jeune chercheur c'est comparable au premier soir sans filet pour un trapéziste), 350 personnes dans la salle, des collègues d'une dizaine de nationalités différentes et Elle qui me dit "si tu n'y vas pas, tu le regretteras toute ta vie". Et je l'ai fait.

Assumer sa maladie à deux c'est plus facile et ça rassure sur la qualité d'une relation. Si on supporte ça à deux, il y a plein de choses dans notre quotidien qui nous paraissent moins graves tout d'un coup.

Après, il y a des moments difficiles. Mais sans les bas, pas de hauts. Et quoi qu'il en soit, sur la durée tout va bien.
-----------------------------------
Optimus Princeps
"Soyez plus heureux qu'Auguste et meilleur que Trajan"
Avatar de l’utilisateur
Optimus Princeps
Nouveau membre
 
Message(s) : 22
Inscription : Mer 16 Août 2006, 20:02
Localisation : Paris
 

Message par KAT » Sam 26 Août 2006, 14:03

Et ben pour ma part, c'est pas tous les jours facile, mais on fait avec.
Mon conjoint aussi adorable soit -il, manque bcp d'empathie. Je peut lui dire que j'ai mal au venter, je sais que parfois il pense "comme d'hab", mais je peut pas lui en vouloir.

en fait je crois qu'il fait quand même partie des gens qui disent" t'as rien aux examens, ben t'es pas malade". Enfin, il le pensait jusuq'aux vacances.
En effet, mio quand je pars en vacances à la campagne, je me retrouve constipée pendant +ieurs jours. :D ça fait du bien hihih, mais au bout de 4 jours, je me suis retrouver tellement mal le matin, 6 fois aller retour toilettes avec des mau de bides pas possibles. J'étais toute seule à être debout, le gamin et le père dormaient.

Je me suis effondrée en larmes dans la salle et là, mon bonhomme se lève, voit dans quel état de tristesse j'étais et là il s'est vriament rendu compte de ma souffrance. 9a fait du bien de se sentir soutenue par celui qu'on aime.

Pour ce qui est de monfils, je ne l'emmène jamais à l'école, je pars trop tôt. Et je ne vais pas le chercher non plus car devinez.... je rentre trop tard !! donc papa est là. Mais parfois, il m'est arrivé d'avoir prévue de l'emmener et de ne pas pouvoir partir de chez moi. Mais c'était avant de me rendre compte du temps en heure qu'il me faut pour être bien. Je me lève maitenant 2 h avant de partie de chez moi.
Donc, quand j'emmène le p'tit, normalement tout va bien.

Il sait que j'ai mal au ventre, je lui ai expliqué que ce n'était pas "grave" et uqe je n'ai pas besoin d'aller à l'hosto, et ça va. Quand il voit que je ne vais pas bien, j'ai droit aux plus gros calins du monde :love:
Lui ne focalise absolument pas sur son ventre, et je ne le fait pas devant lui non plus.

La colopathie ne doit pas êtreun frein à une vie de couple. Il faut se battre. Je suis aussi d'accord à ce que dit Louloutte.

Alors, les célibataires, vous trouverez vous aussi l'âme soeur !!!!!!
Kat, la Warrior du PBA

le fée Clochette c'est moi !
ding ding ding.....
Avatar de l’utilisateur
KAT
Ancien
 
Message(s) : 6301
Inscription : Ven 18 Août 2006, 20:30
Localisation : 95 (colo type D et laxo modérée)
 

Message par celila » Sam 26 Août 2006, 17:51

Salut à tous (coucou philippon ;) )

Tout d'abord, bravo pour ce site specialisé :)

Je poste mon tout premier message ici parce que le mélange colopathie/vie de couple est l'un de mes grands problèmes existentiels. J'ai déjà très à coeur de preserver mon image aux yeux des autres (amis, collegues) alors vis à vis d'un amoureux n'en parlons même pas, surtout avec une maladie pareille qui entache quelque peu la seduction.

Depuis 5 ans (periode à laquelle ce probleme a commencé) j'ai eu quelques histoires, mais étant donné que pr moi il est inenvisageable d'en parler à l'autre, je vous raconte pas les moments de panique en presence de l'autre. Malgres ça, j'ai toujours reussi à cacher ma colopathie, en sauvant les apparences, et tout simplement en me retenant à mort d'aller aux wc pendant les crises (me demandez pas comment c'est possible, moi même je n'y crois jamais lol) Mais c'etait trop de stress alors je suis restée celibataire pendant un long moment.

Cela fait bientot 1mois que je suis de nouveau en couple (une belle histoire) et que je recommence à masquer ma maladie. Heureusement elle me laisse souvent du repis en sa presence (certainement pcq j'ai l'esprit occupé) par contre juste avant et juste après c'est l'enfer, mes symptomes sont decuplés. Pour l'instant je gère, il ne se doute de rien et même si ça n'est sans doute pas la meilleure solution je vais continuer ainsi le plus longtemps possible. Par contre j'ai toujours la crainte d'un simple rdv, d'une soirée avc ses amis, et de devoir un jour dormir avc lui...

Voilà, desolée pr le roman je ferai plus court la prochaine fois :D

Bon courage à tous


PS: vous l'aurez compris, pour moi envisager d'en parler à mon copain c'est mission impossible, je ne sais pas comment vous faites...
resiste... prouve que tu existes!
Avatar de l’utilisateur
celila
Nouveau membre
 
Message(s) : 7
Inscription : Sam 26 Août 2006, 17:33
 

Message par Optimus Princeps » Sam 26 Août 2006, 18:41

Pourquoi masquer ta maladie ? Il faut en parler, ce n'est pas grave. Un cancer ça implique (souvent) la mort du conjoint. La colopathie, non ! Une jambe en moins, ça implique une béquille, c'est chiant à gérer, un conjoint en fauteil roulant, idem. La colopathie, non. La folie de l'autre détruite la communication amoureuse. La colopathie, non.

Franchement, je ne vois pas de raison de ne pas en parler.

Let's talk girl !
-----------------------------------
Optimus Princeps
"Soyez plus heureux qu'Auguste et meilleur que Trajan"
Avatar de l’utilisateur
Optimus Princeps
Nouveau membre
 
Message(s) : 22
Inscription : Mer 16 Août 2006, 20:02
Localisation : Paris
 

Message par Sophie » Lun 28 Août 2006, 14:40

philippon a écrit :tu vas aux toilettes toutes les 30 minutes "pour vérifier - être sûre" (phrase classique de colopathe) ou parce que tu as vraiment la diarrhée ?

Coucou Philippon,
pour répondre à ta question, je vais aux toilettes toutes les trente minutes parce que j'ai vraiment la diarrhée et non pour aller vérifier.
Hier, dimanche, je suis restée tranquillement chez moi à ne rien faire (ça fait du bien de temps en temps). J'ai bien choisi mon jour, j'y suis allée environ 12 fois sur 10 heures de temps. Heureusement que je ne suis pas sortie en fin de compte :whistle:
Mes devises : "Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse"et "J'apprends par mes erreurs"
Avatar de l’utilisateur
Sophie
Ancien
 
Message(s) : 739
Inscription : Ven 25 Août 2006, 16:17
Localisation : Bruxelles (colo type D +++)
 

Message par Sophie » Lun 28 Août 2006, 15:16

Et oui, je trouve aussi que c'est beaucoup :whistle: :(
Je suis allée faire des tests pour la maladie de Crohn il y a quelques années, et le diagnostic est négatif, de même que pour la RCH.
Vivement mercredi soir que j'aille chez le généraliste et qu'on remette tout ça à plat.
Je suis de + en + persuadée d'avoir la diarrhée chronique avec transit trop rapide, selon la définition trouvée
Lien trouvé :
http://www.snfge.asso.fr/02-Connaitre-maladie/0D-colon/faq/colon_diarrhee.htm
C'est également dans ce chapitre que j'ai trouvé le test au carmin dont j'ai déjà parlé.
Quand j'ai lu cet article, j'avais l'impression que l'auteur m'avait prise comme exemple, tant les points décrits sont du vécu.
NB : Post-prandial signifie jsute après le repas.
Qui sait, peut-être que ce lien peut aider ?
Mes devises : "Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que l'on te fasse"et "J'apprends par mes erreurs"
Avatar de l’utilisateur
Sophie
Ancien
 
Message(s) : 739
Inscription : Ven 25 Août 2006, 16:17
Localisation : Bruxelles (colo type D +++)
 

Message par Neko » Jeu 31 Août 2006, 10:24

Pour revenir au sujet initial, avec mon compagnon ça ne pose aucun problème, au contraire : il est assez compréhensif, d'ailleurs lui-même est un vrai intestin sur pattes. Sauf que lui cela ne l'angoisse pas, contrairement à moi !
Avatar de l’utilisateur
Neko
Ancien
 
Message(s) : 4095
Inscription : Jeu 31 Août 2006, 8:19
Localisation : Ain
 

Message par Prout Man » Jeu 31 Août 2006, 18:08

Comme Optimus Princeps, je suis également d'avis de ne pas chercher à dissimuler ses problèmes et ses restrictions de colopathes à son éventuel futur conjoint. Mais bon, je me vois mal donner des conseils à ce sujet, puisque pour ma part j'ai rencontré ma compagne avant ma colopathie, puis j'ai emménagé avec elle en étant sain. C'est un an après le début de notre colocation que les troubles ont commencé jusqu'au diagnostic.

Dans la vie quotidienne, on en rigole. Dans les faits, il est évident que les soucis que cela cause pour les sorties et d'autres aspects de société finiront par lui peser un jour ou l'autre. Finalement le colopathe partage avec son conjoint une bonne partie de ses peines.
Avatar de l’utilisateur
Prout Man
Nouveau membre
 
Message(s) : 26
Inscription : Jeu 31 Août 2006, 14:49
Localisation : Toulouse
 

Message par Viny » Ven 01 Sep 2006, 8:51

oui, je suis d'avis aussi qu'il vaut mieux en parler avec son conjoint - par ma part, il a du mal à comprendre mais aujourd'hui, il comprend mieux et ça m'aide de lui parler des mes angoisses quand elles sont là. De plus, il a vu que je m suis inscrite sur ce site et l'a un peu parcouru ce qu'il l'a aidé à mieux comprendre mon mal être et c'est que du positif pour nous deux.

D'autre part, l'année prochaine, nous nous marions et je met tout en oeuvre à partir d'aujourd'hui pour "guérir" ces troubles car je me vois mal le jour J, moi la mariée, devoir quitter la mairie ou l'église en courant pour trouver des toilettes alors que tous les yeux seront focalisés sur moi.... :ouch:

Je sias que ce jour là, je serai angoissée et j'ai un peu peur des conséquences mais je ferai mon max pour être au top.... :sol: :P
Avatar de l’utilisateur
Viny
Habitué
 
Message(s) : 34
Inscription : Mar 29 Août 2006, 18:49
Localisation : seine et marne
 
 
Suivant

Retour vers Vie de couple

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron