Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Relations amoureuses et familiales, sexualité, grossesse...

Modérateur: Modo_Team

Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Compet' » Lun 03 Oct 2011, 9:59

Salut à tous,

je parle beaucoup de la sincérité depuis le départ. Récemment, j'ai rencontré quelqu'un. Le soir où j'ai dû la séduire, j'étais en pleine crise, pour plusieurs raisons :

prise de médocs depuis une semaine à cause d'un rhume, nutrition désordonnée, beaucoup de soirées dans la semaine avec alcool, idem lors de ladite soirée.
Conséquence, à un moment donné, les mélanges alcoolisés commencent à m’écœurer, mon ventre est gonflé, plein de gaz et si j'pouvais aller aux toilettes, je retapisserais sûrement le plafond...

Au moment où j'ai senti l’écœurement nauséeux, j'étais en tête-à-tête dans un bar. J'ai simplement demandé au barman un verre d'eau, pris deux médicaments et expliqué mon souci. Quand on explique, il n'y a plus de stress aucun ! Ca n'enlève pas la douleur au ventre et le fait que l'air appuie et fasse une barre tout en bas du bide, mais c'est déjà beaucoup de ne pas se cacher, stresser et d'expliquer, calmement, et sans se mettre en position de victime ce que l'on a. En étant sûr de soi, on montre qu'on maîtrise son mal. Ca n'effraie donc pas l'autre personne qui se dit : "Cette personne est courageuse" et non "c'est un handicapé, un loser, un malade".

Plus tard, chez moi, mon ventre a beaucoup gargouillé et bcp de petits rototos. Ils auraient pu gâcher mon RDV, mais non. Tout s'est super bien passé :)

J'imagine juste la situation si je n'avais rien dit : voir un mec en train de se tortiller, de faire quelques grimaces, j'aurais eu l'air d'un psychopathe prêt à sortir un grand couteau et tuer ma proie.

Encore une fois, je le répète : assumez votre mal, ce n'est pas honteux, ni sale. C'est juste handicapant. Alors ne vous handicapez pas deux fois en ne disant rien, et en stressant. Faites-moi plaisir et essayez au moins une fois. Vous verrez...

Bonne semaine :ange:
Un prout vaut mieux qu'un mal de ventre !
Avatar de l’utilisateur
Compet'
Membre de bronze
 
Message(s) : 171
Inscription : Ven 29 Juil 2011, 18:18
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par episto06 » Lun 03 Oct 2011, 10:25

Compet'....tes posts nous font un bien fou...tu as raison la sincérité est sans doute la clef de la réussite d'un début de relation. Il m'est arrivé la même chose....sauf que moi ça a duré trois jours :lol:

J'ai rencontré mon cher et tendre via le Web....séparés par 500km, au bout de 3 mois de discussions et de conversations téléphoniques, l'évidence s'imposait: il fallait se rencontrer...

Dont acte, TGV et petit repas romantique ont fait leur effet....Notre rencontre dura un weekend.....de maux de ventre, de pets gênés dans les cabinets, de soudains coups de chaud....Je lui ai dit au bout du second jour de quoi je souffrais: colites....comme toi, j'avais eu un rhume auparavant et ça n'arrangeait rien ( le stress aussi :sweet: ).

Ma chance, il savait ce que c'était pour avoir vécu une période de colites intenses. Il m'a juste dit ' pas grave, ça va pas gâcher le weekend'...et ça ne le gêna point.... Le stress diminuant, je me laissais aller à la dolce vita et aux premiers moments passionnés...Il m'avoua plus tard qu'il croyait que des tremblements de terre s'étaient produits à Nice ( fréquents chez nous :lol: ).

On a tous nos casseroles: certains sont bordéliques, d'autres fans de foot, d'autres comptent les pas, nous on a le bidou qui flanche, c'est ni pire ni mieux....faut juste accepter de vivre avec :love: Et bien nous, on fêtera nos 3 ans ce weekend....

Autre étape, le boulot:
maintenant je dis clairement que j'ai dit une maladie cœliaque ( collègues et chefs d'établissements). Faut faire de la pédagogie, du positive teaching ( c'est dans les textes....). C'est à dire que je ne dis pas que le matin je me lève avec une chiasse chronique, que je me retiens de péter et que faut que je me lâche.... non :non: juste des inflammations du côlon et une intolérance au lactose et au gluten qui m'affaiblissent....

A propos de sincérité: merci à tous les membres de ce site ( les plus actifs notamment) qui nous aident à aller vers plus de sincérité et d'acceptation de soi :pouce:

Allez on y retourne :sol:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4063
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Violette » Lun 03 Oct 2011, 17:10

ça fait du bien de lire ce genre de témoignages. Perso, je n'ai pas encore réussi à franchir le cap de la peur et de la honte. Peut-être parce que je ne me suis pas encore suffisamment en confiance pour en parler lorsque je rencontrais qq'un. J'ai peur de voir le mec me regardait avec des yeux ronds et perdre toute féminité à ses yeux.
En lisant vos témoignages, je vois que mener une vie de couple et de famille est compatible avec la colo et surtout la laxo.

Lorsque vous rencontrez qq'un, vous parlez de vos pb d'intestins, abordez-vous aussi la laxo?
Avatar de l’utilisateur
Violette
Nouveau membre
 
Message(s) : 29
Inscription : Dim 18 Sep 2011, 19:37
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par episto06 » Lun 03 Oct 2011, 17:22

Perso oui mais....j'ai mis le temps ( 6 mois).

être sincère ne veut pas dire balancer une vérité toute crue sans préparation ou sans une certaine retenue sémantique. Perso si ton compagnon est au courant de ta colopathie, tu n'es pas obligé de dire ' j'ai peur de me faire dessus', ' si y'a pas de toilettes, je vais commencer à flipper' mais plutôt ' Mon ventre fait des siennes, on devrait plutôt aller dans un endroit où y'a toilettes au cas où je déclenche une crise'... ou alors, si les toilettes d'un lieu ne sont pas assez à l'écart, isolés, dites plutôt ' l'hygiène est craignos, trouvons un endroit où les toilettes sont propres' :lol:

La laxo est une chose parmi d'autres qu'il ne faut pas aborder de manière trop directe. L'autre doit savoir, connaitre ce qui te pose souci mais après dévoiler l'entière vérité ne sert à rien....c'est comme ' on va chez ma mère? ce weekend?', ' ah on y est pas allé la semaine dernière déjà?' :whistle:

La frontière entre sincérité et impudeur est ténue dans le couple :pouce:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4063
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Lila » Lun 03 Oct 2011, 17:30

C'est bien joué ça Compet' !! Moi le souci c'est que si j'ai une crise, je suis obligée d'aller aux toilettes, je peux pas tenir plus de 30 min environ, et encore, ce sont 30 min de souffrance !

En ce qui me concerne, ça fait longtemps que je suis avec mon homme (10 ans !). Quand je l'ai connu, j'étais colo (depuis déjà plusieurs années), mais très peu laxo. Du coup je n'en ai pas parlé avant qu'on commence à habiter ensemble, c'est-à-dire après environ 3 ans de relation, puisqu'avant je vivais plutôt "bien" (même si gênante bien sûr) ma colo. Quand j'ai commencé à lui en parler, ça a été très progressif, en disant juste que j'ai des problèmes digestifs. A ce moment-là ma laxo était plus importante, mais j'en avais pas vraiment conscience (jusqu'à ce que je me retrouve sur le forum). J'ai commencé à réellement parler plus précisément de ma colo et laxo après avoir connu ce forum, c'est là que j'ai pris conscience qu'il fallait que j'en parle autour de moi !

En tout cas je confirme, la vie de couple est laaaaargement possible ! Après chacun gère la relation comme il le sent, chacun ses petites techniques !
Avatar de l’utilisateur
Lila
Membre d'argent
 
Message(s) : 929
Inscription : Mer 09 Jan 2008, 19:46
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par sinead » Lun 03 Oct 2011, 17:35

Avec le temps je me suis rendue compte que chercher à cacher ses problèmes de bide est franchement vain...Maintenant je dis tout assez rapidement, mais pas forcément à l'aise pour autant :euhh: .
Après avoir avoué la colo, franchement la laxo ça vient tout seul. Ben oui, quoi de plus naturel que de redouter d'avoir une crise quand on est réellement sujet à ce genre de péripéties? Un peu comme quelqu'un qui aurait une gastro carabinée et qui aurait été obligé de sortir de chez lui, il fera forcément plus attention que si tout allait bien. Je me dis que ça coule de source et que ça rend ma phobie moins bizarre.
J'ai longtemps été laxo avant de devenir colo, et là par contre, impossible d'avouer cette phobie qui ne se basait sur rien de tangible! Bon j'étais jeune aussi, qui sait si avec les années je ne verrais pas les choses autrement et arriverais malgré tout à l'avouer. Ceci dit je ne pense pas, j'imagine le truc:

-J'ai peur d'avoir d'avoir la chiasse en public.
-Pourquoi? Ca t'arrive souvent d'être malade?
-Non, jamais.
-...
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Compet' » Mar 04 Oct 2011, 0:36

Cool de voir les retours positifs que mes posts apportent.

La même journée, j'étais donc bien barbouillé depuis le matin et j'ai dû me rendre comme je vous l'ai dit en milieu carcéral où on m'enferme avec les prisonniers. Là, pas question d'avoir mal au ventre, personne t'ouvrira pendant une heure.
Bah c'est tellement prenant que j'ai pas eu mal du tout.

Pour répondre à la question relative à la laxo, je ne suis pas laxo. j'ai été émétophobe voilà dix ans. Jusqu'au jour où j'ai pigé que je ne vomissais jamais et que ce n'était pas logique d'avoir tous les jours peurs d'une chose qui m'était arrivé pour la dernière fois il y a quand je n'étais pas un adolescent (le fait de vomir)...
Un prout vaut mieux qu'un mal de ventre !
Avatar de l’utilisateur
Compet'
Membre de bronze
 
Message(s) : 171
Inscription : Ven 29 Juil 2011, 18:18
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Tristan da Cunha » Mer 12 Oct 2011, 22:34

Tomber sur une personne compréhensive, c’est la quête du Graal.

J’ai l’impression que trop de gens, non seulement peinent à comprendre les problèmes des autres, mais en plus ne font même pas l’effort de les comprendre. Ça les ennuie. Certains et certaines sont aussi trop égoïstes pour avoir envie de se coltiner des problèmes qui ne sont pas les leurs, surtout dans le cadre d’un couple.

Cela peut surprendre, mais il n’est pas rare, lorsque j’évoque mes problèmes auditifs, que l’on me regarde comme si je débarquais de la planète Mars ou de plus loin encore. Alors la colopathie, c’est un peu la cerise sur le gâteau. D’autant que s’y superpose la honte. On doute très fort de son potentiel de séduction. La virilité en prend un sérieux coup. Dans l’imaginaire collectif, le chiasseux, c’est le faible, le mec pas fiable sur lequel on ne peut pas compter.

Alors quand il s’est agi de fréquenter une fille, je me suis toujours évertué à cacher mes problèmes de bide autant que possible, ce qui bien sûr redouble le stress. J’ai ruiné un nombre incalculable d’occasions parce que j’étais malade ou paniquais à l’idée de l’être. Beaucoup d’histoires n’ont jamais pu commencer. Et quand il est arrivé qu’une relation prenne forme, je ne suis jamais parvenu à la faire durer. Il est vrai que ce n’était pas toujours ma faute ou celle de ma colopathie, une multitude de facteurs entrent en ligne de compte. Sans doute qu’inconsciemment, je ne voulais pas non plus que la relation perdure pour ne pas avoir à dévoiler ce que je voulais taire. Mais il y a trois ans environ, j’ai vécu une expérience assez symptomatique de mes difficultés.

Il y avait une ambiance pourrie dans la boîte dans laquelle je bossais, j’avais été recruté comme bouche-trou pour remplacer une employée en congé maladie, j’étais plus ou moins maintenu à l’écart, on ne me transmettait pas toujours les infos, ou avec retard, j’avais un assez long trajet à faire et des horaires décalés d’un jour à l’autre, avec des CDD renouvelables, sans savoir si j’allais revenir la semaine suivante. Ma colopathie a alors connu un pic. C’est à cette époque que j’ai passé ma coloscopie.

La relation que j’entretenais avec une fille était balbutiante, mais pour ne pas me vautrer dans des explications alambiquées, je me suis résolu à jouer plus ou moins carte sur table et aborder avec elle mes troubles – sans entrer dans les détails non plus. Bizarrement, je l’ai par la suite sentie plus sèche et plus abrupte avec moi. Elle ne me regardait plus vraiment de la même façon. Puis il lui est arrivé de blaguer au sujet de mes problèmes pour rire à mes dépens avec les amis que nous avions en commun, alors que je ne souhaitais pas particulièrement qu’ils soient au courant. Je n’ai pas non plus trouvé ça réglo ni très élégant de sa part. Rire de la colopathie, je veux bien, mais il faut la manière. Et puis je l’ai découverte un peu mieux et elle s’est révélée parfois d’une méchanceté rédhibitoire. Si elle ne m’a jamais lancé de vacheries à ce sujet, je me suis mis à redouter l’instant où cela arriverait.

La relation ne pouvait de toute manière pas fonctionner longtemps parce que cela ne collait pas entre nous. Mais ce qui a précipité la fin est que je n’étais pas toujours d’attaque pour aller la voir ou faire des choses avec elle, ce qui a entrainé quelques malentendus stupides, alors qu’elle affirmait comprendre mes problèmes. Peut-être les comprenait-elle, en partie tout au moins, mais mon explication est qu’elle ne les acceptait pas. Elle ne voulait pas subir des contraintes qui n’étaient pas les siennes. Et le paradoxe, c’est que je la comprends !

Tenir le choc lors d’un rendez-vous, c’est une chose. L’autre peut également sembler comprendre et compatir au début. Mais comment tenir la distance sans lasser l’autre avec ses petits problèmes ?
Avatar de l’utilisateur
Tristan da Cunha
Admin
 
Message(s) : 2380
Inscription : Ven 07 Oct 2011, 21:56
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par episto06 » Jeu 13 Oct 2011, 5:49

Je crois qu'on est simplement là dans un dilemme qui régit l'humanité: trouver et garder l'autre :euhh:

La colopathie et ton souci auditif ne sont que des éléments qui s’additionnent à l'équation. Ce qui est plus grave dans ton cas, c'est déjà le fait que tu étais dans une situation difficile: quand au boulot, l'ambiance est pourrie, cela n'arrange rien. Les autres ne voient que le côté comique de la chose ( on a tous un truc qui peut faire rire les autres) :siffle:

Le souci c'est que là, tu risquais de perdre confiance et estime de toi dans une maladie où elles sont mises à rude épreuve :ouibiensur:

Pour les colopathes, c'est simple: il faut la jouer cash assez rapidement. Si l'autre tient à toi, il/elle restera sinon tant pis, c'est que cette personne n'en valait pas la peine. Et on passe à autre chose, en essayant de se préserver :)

Une fois en couple, c'est une question d'habitudes et de compromis à trouver pour les sorties, le rythme à la maison, le régime alimentaire....

Mais c'est pareil pour tous les handicaps, l'autre doit être blindé :boxe: Il faut parler, expliquer sans trop dévoiler et quand tu es en couple depuis longtemps, l'autre finit par deviner quand ça va pas...

Sur ce site, on est quelques uns à être en couple depuis pas mal d'années donc c'est possible :pouce:

Allez on bombe le torse et on y va :pouce:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4063
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Violette » Jeu 13 Oct 2011, 14:33

C'est souvent lorsqu'on rencontre des difficultés que l'on voit la solidité d'un couple. Le dialogue et la compréhension sont très importants, encore plus lorsqu'un des partenaires est en souffrance.
Je suis sûre que tu as des qualités qui "compensent" tes handicaps, et c'est là dessus qu'il faut te concentrer. C'est difficile de rencontrer des personnes qui comprennent et font attention aux autres. Mes amis n'entendent pas ce que je leur dis, ne cherchent pas à comprendre. Progressivement, j'ai tout simplement arrêté de parler de certains sujets. A quel point es-gêné par le bruit? Tout le monde n'apprécie d'écouter le musique forte ou d'aller en boite.
Pour les rencontres, toi, en tant qu'homme, tu te sens diminué, moi, en tant que femme, je n'arrive pas à combiner les mots colo, laxo et féminité. J'ai peur que l'autre me regarde avec un certain dégoût. Et j'ai tendance à repousser les possibilités de faire des rencontres.
Avatar de l’utilisateur
Violette
Nouveau membre
 
Message(s) : 29
Inscription : Dim 18 Sep 2011, 19:37
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par episto06 » Jeu 13 Oct 2011, 17:46

vous posez tous les deux une question importante: quelle image ai-je de moi?

Oui, on peut être fort quand on est colo/laxo. Oui, on n'est pas diminué. Bien sur, ce n'est pas très glamour de se vider quand l'autre est là, qu'on stresse pour un rien, de peur qu'il nous entende. Mais eux comment font-ils? Se sont-ils lavé les mains quand ils sont allés aux WC? Vous oui car vous savez que le moindre microbe peut vous détraquer....

Quand au côté glamour de la chose, c'est vrai qu'il faut le gérer. Mais, rassurez vous tout le monde va aux toilettes tous les jours, on a tous des gaz. Si ce n'est pas le cas, il faut vous sauver car le gars/la fille n'est pas normal(e)....

Je suis d'accord avec Compet' , la sincérité est la clef. Dès que vous sentez que quelque chose de sérieux peut se passer, soyez honnêtes, parlez avec délicatesse, de manière parcimonieuse mais exprimez ce qui fait que votre vie est particulière...

Un gars/une nana qui se sauve en entendant cela n'est pas prêt à s'engager.... On est pas dans un système de flirts ou de rencontres mais bien de vie à deux, de projets à long terme...et bâtir sur du sable, ça finit par se casser la figure....

Je suis d'accord avec Violette, chacun a des qualités, un charme qui peut et va attirer l’œil de quelqu'un....ne croyez pas qu'il n'y a que les gens hyper beaux, constipés chroniques et qui ne pétent jamais qui se marient et sont heureux....

On a tous un être à rencontrer :love: Colo ou pas :love:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4063
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Tristan da Cunha » Jeu 13 Oct 2011, 22:28

@ Episto06

Tu as parfaitement compris la problématique de mon message ; le dilemme est de trouver et garder l’autre. Ce que je voulais démontrer à travers mon exemple est que le but est peut-être encore plus difficile à atteindre quand on cumule des handicaps. Je ne dis pas que c’est impossible, je n’ai d’ailleurs pas perdu l’espoir de rencontrer quelqu’un avec qui cela puisse coller et durer. Mais il est évident que « la jouer cash assez rapidement », même avec « délicatesse » et « parcimonie », pour reprendre tes termes, n’est pas toujours une base suffisante, même si la sincérité est évidemment indispensable.
Avec le recul, et d’ailleurs je le précise bien, je réalise que cette personne n’en valait pas la peine, et la page est tournée depuis longtemps. Je suis passé à autre chose. Ma crainte est de reproduire le même schéma indéfiniment, quelque soit la personne. En fait, j’attends de vivre l’expérience qui me prouvera le contraire.

@ Violette

Des qualités qui compensent mes handicaps, j’espère en avoir. Le problème quand on a l’estime de soi à zéro, c’est que ses qualités, on n’y croit plus, on ne les voit plus, parfois même on les nie ou les dénigre, donc on peine à en faire des atouts. Sur ce plan, j’ai néanmoins beaucoup progressé ces derniers temps, j’ai un discours intérieur bien plus positif que pendant trop longtemps. Mais cela reste encore fragile et j’ai surtout trop tendance à penser que mes handicaps occultent ce qui pourrait me rendre séduisant. En fait, je me répète, je crois que j’ai besoin de preuves.

Comme toi, devant l’incompréhension des autres, j’ai appris à garder les choses pour moi. C’est déjà assez pénible de répéter sans cesse sa petite histoire, alors le plus souvent, même mes problèmes auditifs pour lesquels je ne ressens aucune honte, je préfère m’abstenir d’en faire part. Je n’en parle plus que lorsque je m’y sens obligé. Dans ces cas là, en règle générale, on m’écoute poliment, ou on feint de m’écouter, puis on passe à autre chose et on continue de se comporter comme si mes propos leur étaient passés au-dessus de la tête. Pour donner un exemple du degré d’empathie auquel j’ai parfois été confronté, je me souviens de soirées posées entre amis, dans les mois qui suivirent mon trauma sonore, au cours desquelles un ou deux « copains très compréhensifs » s’amusaient à pousser jusqu’à saturation le volume de la chaîne hi-fi du salon parce que selon eux c’était drôle ! Alors que moi je flippais à l’idée de subir des dégâts plus graves.
Avatar de l’utilisateur
Tristan da Cunha
Admin
 
Message(s) : 2380
Inscription : Ven 07 Oct 2011, 21:56
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par redge972 » Lun 17 Oct 2011, 17:07

...
Dernière édition par redge972 le Mer 26 Fév 2014, 16:52, édité 1 fois.
Même le mal se fait bien

On rigole, on rigole mais on ne voit tjs pas le fond du Bol

Un jour les Colopathes Dominerons le monde mais pas demain y a rdv chez le gastro :D
Avatar de l’utilisateur
redge972
Habitué
 
Message(s) : 47
Inscription : Mar 14 Sep 2010, 13:56
Localisation : Lorraine
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par episto06 » Lun 17 Oct 2011, 18:19

Sacré témoignage, ce qui corrobore ce que nous disions...

Si vous cherchez à vous caser, cela capotera...l'amour et les sentiments sont des choses irrationnelles. Parler de la colopathie viendra au moment nécessaire avec la personne voulue...

Ne vous découragez pas :love:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4063
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Témoignage : faire une rencontre en pleine crise

Message par Tristan da Cunha » Lun 17 Oct 2011, 22:04

Salut,

Tu l'aurais donc trouvé ce fameux Graal dont je parlais !

Quand tu racontes que la colopathie semble être venue à bout de ta précédente relation sérieuse, qui a tout-de-même duré 6 ans, ce qui n'est pas rien, tu illustres ce que j'expliquais moi-même.

Mais ce que je retiens avant tout dans ton histoire est que ta colopathie a regressé depuis que tu flottes sur ton nuage. Et cela renforce ma conviction selon laquelle l'amour, le vrai, peut soigner bien des maux, même partiellement.

Où est-ce que je dois signer, pour avoir 65% de troubles intestinaux en moins ?
Avatar de l’utilisateur
Tristan da Cunha
Admin
 
Message(s) : 2380
Inscription : Ven 07 Oct 2011, 21:56
 
 
Suivant

Retour vers Vie de couple

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron