Des études compromises

Vie étudiante, réunions et déplacements...

Modérateur: Modo_Team

Des études compromises

Message par tetine2 » Mer 12 Nov 2014, 20:14

En sortant de mon cours en pleurant aujourd'hui, j'ai compris une chose terrible : je ne deviendrais pas avocate...

Je suis en première année de droit et je souffre, à peine mes premiers contrôles commencés. Pourtant j'aime ce que je fais et je veux réussir mes études !! :'(

Mes symptômes sont les douleurs et les diarrhées chroniques. Mais les diarrhées sont le plus insupportables, elles me rendent déjà la vie difficile, je ne vous parle pas de mes études !!!! :wc: :wc: :wc:

Pour les examens je cherche des solutions avec l'administrations pour aller aux wc quand je veux :(


Je ne sais pas quoi faire, je vais tenter de tenir avec les immodiums en priant pour que mon corps ne s'accoutume pas.

Voila encore un message desespéré, desolée je ne fais pas avancer le débat mais je vais mal et je voulais pousser mon petit coup de klaxon de future ex-etudiante et de future glandeuse. :cry:

Je cherche des témoignages de personnes ayant réussi leurs études ou poursuivit leur travail malgré cela...

Selon le psy, je fais même une depression à cause de ma f*** colopathie


Bon courage à tous quand même
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 

Re: Des études compromises

Message par Miel » Mer 12 Nov 2014, 21:01

Bonsoir,

Tu sembles très affectée aujourd'hui et tu m'en vois désolée... :( :console:

Je ne pourrai pas t'apporter un témoignage concernant ma réussite de mes études car je ne souffrais pas encore de colopathie à cette époque.

Cependant, je peux essayer de t’encourager même si je sais que cela est très dur. Quand tous les jours tu souffres, tu crois t'enfoncer avec des diarrhées qui viennent bouffer ta vie et tes projets...
Mais il te faut être forte, ne pas perdre espoir et essayer de tout mettre en œuvre pour ne pas renoncer à tes études et au rêve que tu as. Tu finiras par le regretter un jour au l'autre...

Tu semblais tenir jusqu'à là, non ?
Si tu dois prendre de l'Imodium pour te sentir mieux, ne culpabilise pas et fais-le. Ensuite, le soutien psychologique que tu as, va certainement t'aider au fur et à mesure. Continue à en parler à tes proches, aux professionnels de ton établissement afin de trouver les meilleures solutions pour continuer tes études sans devoir te rendre encore plus malade à cause d'obligation ou de pression.

Ne lâche pas, il y aura des jours meilleurs, crois-moi.
Courage ! :hug:
"Soyez à vous-mêmes votre propre refuge. Soyez à vous-mêmes votre propre lumière."
Avatar de l’utilisateur
Miel
Membre d'or
 
Message(s) : 1740
Inscription : Mer 01 Fév 2012, 18:01
 

Re: Des études compromises

Message par tetine2 » Mer 12 Nov 2014, 21:09

Merci beaucoup pour ta reponse ça fait enormément de bien !! :)

ben je tenais a peu près parce que ma colopathie n'est arrivée qu'en terminale ://

j'ai passé mon bac en me battant bec et ongles... Voila :/ puis la prise d'immodium m'a bien aidé mais je reste perplexe car c'est un " medicament " symptomatique tres utile mais ça reste un medicament donc a trop fortes doses il me fait peur !

Voili voilouu...

Je vais essayer de tenir !

Encore merci pour ton soutien :) gros bisous !
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 

Re: Des études compromises

Message par bouh95 » Mer 12 Nov 2014, 22:05

Coucou Tétine,

Je pense qu'on peut réussir ses études malgré la colopathie. J'ai commencé à être malade en première, j'ai bataille pour avoir mon bac, à grands renforts d'Immodium, et maintenant je suis en bac+4. Quand j'étais à la fac, j'avais comme toi très peur des examens. Je me suis rendue compte qu'en fait personne n'en avait rien a faire si j'allais 3 fois aux toilettes en 2h. On est 150 dans la salle, les autres étudiants ont le nez dans leur copie, les surveillants en ont rien a faire. Je suis maintenant en école d'ingénieur, on est 80 dans la promo, donc plus difficile de passer inaperçue. Sauf que maintenant je m'en fiche. A la limite, je me mets en bout de rangée, comme ça si j'ai besoin de sortir je dérange personne.

L'immodium, tu peux en prendre autant que tu veux, à part te constiper pour 3 jours, ce n'est pas dangereux. Moi j'en prends en dose pour enfant, en sirop, comme ça je peux doser.

Tout ça pour dire qu'il serait vraiment dommage d'abandonner à cause de la colopathie. On peut s'en sortir, il faut arrêter d'avoir honte d'être malade, et aller aux toilettes la tête haute :)
L'amour rend aveugle. L'amour doit rendre aveugle ! Il a sa propre lumière. Éblouissante. Daniel Pennac.
Avatar de l’utilisateur
bouh95
Modératrice
 
Message(s) : 435
Inscription : Sam 24 Avr 2010, 14:33
 

Re: Des études compromises

Message par tetine2 » Mer 12 Nov 2014, 22:22

Alors tu as fais une très treeees belle chose dans ta journée Bouh95, tu m'as redonnée LA PATATE ATOMIQUE. Ton message est extremement rassurant et encourageant, merci beaucpup :) comme quoi, il suffit de peu... ;)

bon, plusieurs fois par semaine je suis en TD avec une vingtaine de personnes donc c'est trees compliqué...
Enfin, l'avenir me dira si j'ai raison de m'accrocher, un immense merci pour vos encouragements !

Au fait , s'il te plait, combien de fois allais-tu aux toilettes ?

Grosse bise :)
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 

Re: Des études compromises

Message par bouh95 » Mer 12 Nov 2014, 22:28

Oui les TD c'était dur au début, mais à un moment je me suis dit merde à la fin, je les connais pas ces gens, je m'en fout qu'ils me jugent. Peut être que certains vont te demander ce que tu as, les autres n'en ont rien a cirer.
Pour le nombre de fois ou j'allais aux toilettes, c'est variable. Au lycée je pouvais y aller tous les quarts d'heure, le plus souvent maintenant si je sors c'est juste une fois, mais même ça c'est devenu assez rare.

Courage :boxe:
L'amour rend aveugle. L'amour doit rendre aveugle ! Il a sa propre lumière. Éblouissante. Daniel Pennac.
Avatar de l’utilisateur
bouh95
Modératrice
 
Message(s) : 435
Inscription : Sam 24 Avr 2010, 14:33
 

Re: Des études compromises

Message par sweetheart » Jeu 13 Nov 2014, 12:20

Bonjour tetine2 :)

Je me sens obligée de t'écrire même si cela fait des mois que je n'ai plus rien posté sur ce site. Je veux tout d'abord te dire qu'il faut que tu tiennes le coup. Ne prends aucune décision à long terme en fonction de ton ventre ! Mon message risque d'être trèèès long, mais je veux bien partager mon expérience avec toi, histoire d'espérer que cela te remonte un peu le moral :console:.

Je suis étudiante en économie politique et en droit. Je suis à 33 heures de cours par semaine + environ 15 heures de travaux à domicile à effectuer.

Comme toi, j'ai hésité à abandonner les cours. Pour ma part c'était dans la première année d'apparition de ma maladie. Cette année là, j'ai été victime de mobbing au point où une espèce d'hystérique à failli gâcher ma vie. Du jour au lendemain je suis devenue extrêmement anxieuse. Je suis passée de l'étudiante joyeuse et passionnée à déprimée et malade en 2 semaines. Mon corps ne supportait plus rien. Je n'osais plus manger tellement j'avais peur d'être malade, les rares fois où je mangeais, je me demandais si c'était assez pour tenir quelques heures sans verser, ou si au contraire c'était trop et si mon ventre n'allait pas le rejeter. Je devais quitter les cours pour aller aux toilettes à chaque période, car je me sentais incapable de rester assise à ne rien faire, et que je sentais très vite mon ventre me travailler. A chaque fois que j'allais aux toilettes : diarrhée.

Je me souviens de cette période comme de la pire de ma vie. Je me souviens tout particulièrement d'un jour, avant les vacances de Noël, où je me suis dis que tout cela n'était pas fait pour moi. Que toutes ces études allaient me rendre malade et qu'il fallait que j'abandonne: ma santé mentale était en jeux. J'avais une présentation en binôme à faire ce jour là. J'ai demandé à la professeur si je pouvais m'en aller. Une fois la porte franchie avec elle, je me suis effondrée en larmes et je lui ai dit que je voulais juste m'en aller. C'était en première année, aujourd'hui je suis en 4ème et dernière année d'études.

Si je me permets de t'écrire c'est pour te dire qu'il ne faut pas perdre espoir. Tu as encore un bout de chemin à faire avant de t'en sortir et de te rendre compte que tout ça n'est qu'une mauvaise passade.

Ce qui m'a aidé à tenir à l'époque, c'est avant tout l'imodium. Au début, je culpabilisais énormément à chaque fois que j'en prenais (2 à 3 par jour), mais petit à petit je me suis rendue compte que ce n'était qu'une béquille, une solution plus ou moins transitoire. J'en ai pris tous les jours pendant presque 2 ans.

Je souhaite tordre le cou à certaines idées reçues : oui l'imodium est un médicament, mais non, il n'engendre aucune dépendance physique, non le corps de s'y habitue pas et mise à part la constipation, il n'y a aucun danger à en prendre. Le seul risque, c'est que psychologiquement tu t'y habitue et tu te dise que tu ne peux plus sortir de chez toi sans en prendre. J'ai pris de l'imodium pendant tout ce temps sans que mon corps s'y habitue. Au pire, j'avais parfois l'impression que des muscles de mon ventre se tendaient après en avoir pris, mais ça c'est parce que je suis hypersensible à ce qui se passe dans mon ventre.

Vivre ta vie avec l'aide de l'imodium, c'est mieux que de ne pas la vivre du tout. Je n'ai jamais parlé de mon problème ailleurs que sur internet. Personne de ma famille ou mes amis/collègues/profs ne sait que j'ai souffert de laxophobie. Je me suis enfermée chez moi pendant 6 mois, parce que cette hystérique à essayé de me gâcher la vie et qu'elle m'a arraché ma tranquillité d'esprit. J'ai commencé à faire des crises d'angoisse très violentes à chaque fois que je sentais que mon corps et surtout mon ventre, allaient me lâcher. J'avais horriblement honte de souffrir d'un mal que je ne pouvais m'expliquer à moi-même. Cette année là, j'ai redoublé et j'ai failli abandonné.

Si j'en parle au passé, c'est qu'aujourd'hui la page "laxophobe" est définitivement tournée pour moi. Pendant les mois que j'ai passé enfermée chez mois, j'ai commencé à noter tout ce que je mangeais. Je me suis rendue compte que certains aliments (carottes, petits poids, pop corn etc.) me rendaient malade. J'ai donc arrêté d'en manger. Les jours de cours je prenais de l'imodium et même comme ça, cela n'allait pas forcément bien tous les jours. En vacances, aucun problème. C'est comme ça que je me suis rendue compte que mon problème était physique, mais surtout psychologique.

Je suis partie de ce constat et j'ai arrêté de prendre de l'imodium lors de mes vacances et autres jours de congés. J'ai commencé la méditation, j'ai commencé aussi à prendre des médicaments à base de plantes contre l'anxiété et les troubles du sommeil.

Dès que je me suis rendue compte que dans mon cas, tout cela n'était plus que psychologique, j'ai commencé à méditer de plus en plus et à me tester : j'ai fais un petit road trip de 20 heures avec mon copain (qui ne connait toujours pas mon passé de laxophobe), j'ai commencé à aller en cours sans imodium, en pantalon blanc (ça à l'air ridicule, mais pendant presque 2 ans, porté un pantalon clair m'a semblé impossible), etc.

Au fur et à mesure que j'ai surmonté ces petites épreuves, je me suis débarrassée de cette phobie. Cela fait maintenant depuis le mois de mai (je crois) que mon ventre ne m'a plus dicté aucune décision. Sauf cette semaine : j'ai attrapé une gastro et je suis enfermée à la maison, raison pour laquelle j'ai le temps de t'écrire. Je ne vois pas cette gastro comme un retour en arrière, je suis à la maison et ça me fait plaisir de prendre un peu de temps pour moi, car je sais que cette fois mon corps est vraiment malade.

Aujourd'hui, je reste quelqu'un de très très anxieux : je fais des crises d'angoisse, j'ai encore peur de beaucoup de choses (verser si je n'ai pas assez mangé par exemple) mais je me soigne en douceur. Je loupe encore beaucoup les cours, j'ai d'autres problèmes de santé et je m'en sers comme excuse dès que j'ai pas le moral d'aller en cours. Ce n'est pas une bonne chose à faire, mais dans mon cas c'est nécessaire. J'ai parfois besoin d'être un peu tranquille pour ne pas trop me surmener. Je crois que j'ai fais une dépression pendant mes années laxophobes et que même si je vais mieux, je dois me faire aider. Cette fois, j'ai décidé d'en parler autours de moi. Mes amis sont étonnés car ils ont toujours cru que mon absentéisme était dû au fait que j'étais flemmarde sur les bords :whistle: .

Je te souhaite donc beaucoup de courage, car tu vas en avoir besoin. Mais n'hésite pas à communiquer sur tes doutes et ton ressenti. Tu sortiras de cette "aventure" grandie et tu sera fière de toi, mais pour ça, il ne faut pas abandonner. :sol:

:bye:
Avatar de l’utilisateur
sweetheart
Nouveau membre
 
Message(s) : 21
Inscription : Lun 09 Sep 2013, 7:52
 

Re: Des études compromises

Message par tetine2 » Jeu 13 Nov 2014, 17:33

Ouuuuaaaaouuuhh !! Quel MAGNIFIQUE message rassurant !!!!! :OOO Je l'ai même lu à ma mère pour lui dire "tu vois, c'est rien de prendre de l'immodium". Merci beaucoup pour ton témoignage, j'espère que tu as conscience de la véritable bataille que tu as mené, je suis très admirative chapeau bas ! :bravo: :bravo:
Pour moi, le master semble si loin et si impossible :(


C'est vrai que je ne fais pas "que" (pardon pour le "que" je sais que c'est hyper dur vu que j'en souffre aussi) de la laxophobie, mais aussi une colopathie sévère et une gastrite chronique due à helicobacter pylori que je tente de soigner vainement... mais tu m'as complètement reboostée ! je pense que dés que j'aurais un petit coup de mou, je viendrais lire ton message :D


C'est vrai que j'en ai besoin, je viens de concevoir mon dossier pour LE PERMIS DE CONDUIRE ! un silence absolu règne pendant les "cours" de conduite, aucune WC dans le centre (qui est minuscule) et je te parle pas des crises que je sens venir en voiture... Je vais carburer à l'immodium , même pas peur ;)
et puis au pire, un siège de voiture, ça se nettoie :p rhoo un peu d'humour :bounce:


Pour mes études, et bien écoute je vais aussi tenir, de toutes façons, je n'ai pas trop le choix :boxe:


Merci infiniment d'avoir pris le temps de me répondre et d'écrire un si long et si beau texte, c'est formidable que tu sois guérie, et ne t'inquiète pas pour ta gastro elle va vite s'en aller

On est des winneuses :boxe:


Gros gros bisous :)
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 

Re: Des études compromises

Message par Miel » Jeu 13 Nov 2014, 19:28

Eh bien, tu vois qu'il est possible de retrouver la force grâce à des témoignages positifs et de soutien. :)

Heureuse de te sentir pleine d'envie et prête à relever ce défi ! :sol:
"Soyez à vous-mêmes votre propre refuge. Soyez à vous-mêmes votre propre lumière."
Avatar de l’utilisateur
Miel
Membre d'or
 
Message(s) : 1740
Inscription : Mer 01 Fév 2012, 18:01
 

Re: Des études compromises

Message par bouh95 » Jeu 13 Nov 2014, 20:12

Salut,

Pour le permis, pas de stress, tu es tellement concentrée sur la route que tu n'as pas une minute pour penser à ton ventre. Je n'ai jamais fait de crise en conduisant, et pourtant quand je passais mon permis, j'étais dans ma pire période de laxo. Il y a un tropical il me semble à ce sujet, avec plein de témoignages dans ce sens.

Tout va bien se passer :sol:
L'amour rend aveugle. L'amour doit rendre aveugle ! Il a sa propre lumière. Éblouissante. Daniel Pennac.
Avatar de l’utilisateur
bouh95
Modératrice
 
Message(s) : 435
Inscription : Sam 24 Avr 2010, 14:33
 

Re: Des études compromises

Message par tetine2 » Jeu 13 Nov 2014, 20:26

Merci Miel et Bouh95,

Et oui ça peut sembler rien mais quand ça va mal on repense aux témoignages positifs, aux colos et laxos qui ont réussi à vaincre ces f***** problèmes d'intestins , et c'est vrai que ça guérit pas mais ça motive vraiment et ça fait énormément de bien :sol: :sol:

Je vous tiendrais vite au courant , en attendant je reste bien sur sur le forum :p Bouuh95 je vais aller voir le topic à ce sujet !

bon courage à toutes et tous :)
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 

Re: Des études compromises

Message par episto06 » Ven 14 Nov 2014, 18:04

Salut,

Concernant le lopéramide, il n'y a pas d'accoutumance ( diminution des effets)...ce qui est plus important, c'est la dépendance ( dans le sens où tu vas angoisser si tu oublies ton cachet avant de partir, sinon aucun effet désirable ;) )

Quand j'étais à la fac, je souffrais pendant la 1ere heure des partiels. Cette fameuse première heure pendant laquelle nous n'étions pas autorisés à sortir. J'angoissais tellement que je ne pouvais me concentrer.

Le pire fut sans doute quand je passais le concours de prof...quand tu as des partiels, tu as des rattrapages...au concours ben...tu te plantes :siffle: Et Cherry sur le cake, ce fut les oraux car là tu es en temps limité et impossible de perdre ses mots....

Il faut vraiment travailler avec le thérapeute sur les techniques pour se détendre. Dans le cadre d'un partiel, impossible d'écouter de la musique, mais tu peux essayer les techniques de visualisation, de sophrologie qui fonctionnent. Le manque de sommeil aggrave les symptômes aussi.

Il ne faut pas hésiter à prendre de l'homéopathie ou de l'allopathie dans les jours précédents. Le corps est soulagé...et même les gens ' normaux' morflent pendant les partiels....au moins une petite vengeance :P

Mais rassure toi, on y arrive :bounce:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4164
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Des études compromises

Message par tetine2 » Ven 14 Nov 2014, 18:23

Merci pour ta reponse Episto !

whaa un prof :0 chapeau bas pour ton parcours ça doit être dur dur d'enseigner dans ces conditions :// haa oui la fameuse première heure !! C'est bête mais cette première heure de flippe m'arrive aussi tout le temps en cours (TD) .

Bref. God save immodium !
(même si les gaz restent tres embêtants).
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 

Re: Des études compromises

Message par Wonderbridget » Sam 15 Nov 2014, 18:44

:hello:

Plein de courage, ne lâche rien même si parfois c'est plus facile à dire qu'à faire. :boxe:

J'ai réussi mon master II mention bien alors que j'avais d'énormes crises qui m'emmenaient régulièrement aux urgences. C'était une période assez difficile car je n'étais pas diagnostiquée coeliaque comme aujourd'hui donc mon alimentation me rendait continuellement malade. Je perdais du poids (10kg en 4mois), j'avais une tension qui plafonnait à 9, mes crises étaient violentes avec malaises vagaux de douleur.
Je me suis accrochée coûte que coûte. Le deuxième jour des examens, avant les épreuves, j'ai fait un vagal dans les toilettes. Rien dit à personne de peur de devoir aller aux rattrapages de septembre. Durant l'épreuve de la matinée j'avais encore la vision floue et des sueurs froides. J'ai tenu bon, je "m'auto-coachais" mentalement pour que la tête à ce moment là soit plus forte que la douleur du corps.
Tu sais en hypnose, il est dit que nous avons tous la possibilité d'endormir la douleur pour quelques heures. C'est ce que je faisais sans le savoir.

Comment ça s'est fini ? Épreuves réussies, pas de rattrapage, j'ai même eu une mention bien et j'ai fini 2ème de la promo. C'est une sacrée victoire.
Nous avons certes plus de difficultés à gérer que des gens en bonne santé mais le mérite quand on y arrive - et parfois même mieux qu'eux - est d'autant plus grand. :pouce:

Nous sommes nombreux ici à avoir réussi et à avoir appris beaucoup de ces expériences. Tu y arriveras aussi, ne lâche rien. Les ondes positives de ce forum sont avec toi. :sol:
Image L'amour pour épée, l'humour comme bouclier
Avatar de l’utilisateur
Wonderbridget
Ancienne
 
Message(s) : 3149
Inscription : Jeu 22 Nov 2007, 14:38
Localisation : 91 (Maladie cœliaque / Spondylarthrite ankylosante)
 

Re: Des études compromises

Message par tetine2 » Dim 16 Nov 2014, 12:13

Master II mention bien ????????????

WonderBridget tu m'épates :O Un malaise Vagal avant les exams, tu as été hyper courageuse quand même :bravo: C'est décidément la réunion des ptites génies ici :p Vos messages sont vraiment très très encourageants, et je vais tenir grâce à ça ! Puis je n'ai pas le choix, déjà, le droit est fait pour moi, et en plus, d'un point de vue technique avocat c'est pas mal du tout pour quelqu'un qui a des diarrhées chroniques, mis à part les quelques allers retours au tribunal (immodium my friend), il est très pratique de travailler dans son bureau et qui plus est, à son compte... oui je sais, je rêve, mais il ne me reste plus que ça les rêves :(

finalement, la maladie à un seul point positif : on rencontre de supers personnes :drageur:

Vous m'avez reboostée à un point inimaginable. Encore merci merci merci à toutes et tous :hug:
Avatar de l’utilisateur
tetine2
Habitué
 
Message(s) : 104
Inscription : Dim 31 Août 2014, 11:34
 
 
Suivant

Retour vers Scolarité & Vie professionnelle

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité