Récit de la naissance d'un "psychopate"

Vie étudiante, réunions et déplacements...

Modérateur: Modo_Team

Re: Récit de la naissance d'un "psychopate"

Message par episto06 » Mar 27 Sep 2011, 5:50

Bravo pour ton écrit! Tu décris parfaitement ce que pleins de personnes vivent au quotidien ( je crois que presque 10% de la population est atteinte est à des degrés divers de cette maladie). Le fait de tout planifier, tout calculer, anticiper pour ne pas avoir à montrer qu'on est malade :non:

Je vis la même chose. Étant prof, il est hors de question de montrer quoi que ce soit. J'ai aussi trouvé ces fameux toilettes discrets, je m'arrange pour ne pas avoir de sortie scolaire imprévue :P 'Non désolé, là ça ne va pas être possible'...J'avais écrit une lettre à ma colopathie y'a 6 mois et c'est une bonne thérapie.

Au travers de ton témoignage on voit que tu sembles souffrir d'agoraphobie ( comme moi tiens), c'est un piste supplémentaire à explorer avec ton médecin... :pouce:

Continue à écrire, même pour toi ou rédige un journal! Et si tu te sens en confiance va voir ces fameux collègues et échange!

Allez la vie continue :boxe:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4152
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Récit de la naissance d'un "psychopate"

Message par Nordiste » Mar 27 Sep 2011, 20:25

:pouce:
Moi je trouve ça super beau ce que tu as écris. Je me reconnais dans ce stress, cette appréhension.
Le sport, le repérage des toilettes, cette culpabitilité ...
En tout cas tu m'as donné l'envie d'écrire, j'ai commencé ce soir, et franchement ça fait du bien d'écrire, surtout pour moi qui suis plutôt solitaire, qui vis seul et qui pense que laxophobie et vie de couple ne sont pas compatibles.
Avatar de l’utilisateur
Nordiste
Habitué
 
Message(s) : 39
Inscription : Mer 06 Jan 2010, 20:17
 

Re: Récit de la naissance d'un "psychopate"

Message par Breizhouneg » Dim 30 Oct 2011, 10:17

Exactement la même chose pour moi, le coup du petit dej est tellement vrai, si il y a un truc qui passe bien, on ne prend plus que celui là, pas parce que le reste passe mal, mais parce qu'il y aurait une éventuelle chance que ça passe mal...
Sinon la prévision de chaque chose est l'isolement, c'est malheureusement mon quotidien, je ne bosse pas encore, je suis étudiant, mais c'est pareil... Qu'est ce que les journées peuvent être longues...
Je ne comprends pas toujours tout...
Je ne comprends même jamais rien...
Avatar de l’utilisateur
Breizhouneg
Habitué
 
Message(s) : 32
Inscription : Mer 20 Août 2008, 21:43
 

Re: Récit de la naissance d'un "psychopate"

Message par episto06 » Dim 30 Oct 2011, 11:45

Courage les gars :)

La 1ére des choses à faire avec cette maladie, c'est d'être égoïste, de penser à vous. Penser à vous stabiliser, même si votre vie doit être réglée par un régime bizarre, des rituels qui vous rassurent, l'important c'est que vous trouviez un équilibre même temporaire.

Si vous gagnez un peu en stabilité, les filles viendront vers vous. A moins de tomber sur une perle qui vous ouvrirait son cœur alors même que tout va mal, il faut déjà être stable.

On peut être solitaire et vivre en couple. De toute façon, une fois en couple, chacun prendra du temps pour soi. A force de rester à deux, vous vous emmerderez ( oups :sleep: ). On doit se manquer pour mieux se retrouver. Et avec un peu de chance, vous tomberez sur une asociale qui préfère les soirées à deux aux sorties endiablées entre copains au cinoche...

La rencontre peut être un moteur pour guérir ou progresser...et n'oubliez pas que vous avez la vie pour vous!

Allez on fait les vérifications d'usage et on fonce :pouce:
Live and let die
Avatar de l’utilisateur
episto06
Modérateur
 
Message(s) : 4152
Inscription : Jeu 29 Avr 2010, 13:37
Localisation : Nice
 

Re: Récit de la naissance d'un "psychopate"

Message par Amber » Ven 11 Nov 2011, 17:35

C'est clair que c'est plus difficile d'envisager des relations. D'une part la gestion des symptomes avec l'autre et d'autre part, le fait qu'on perde toute confiance en nous. On se dévalorise beaucoup, on finit par se trouver tout les défauts du monde.

C'est clair que c'est une angoisse de plus pour l'avenir. Surtout qu'inconsciemment, on s'attache pas, surement pour ca.
Avatar de l’utilisateur
Amber
Habitué
 
Message(s) : 73
Inscription : Mer 01 Juin 2011, 11:35
 
 

Retour vers Scolarité & Vie professionnelle

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)