La dysbiose

Liens Internet, revue de presse, émissions TV...

Modérateur: Modo_Team

La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:05

J'ai terminé la lecture du livre du Dr Georges Mouton « Ecosystème intestinal et santé optimale », qui traite en grande partie de la dysbiose intestinale, ses causes, ses conséquences et son traitement.
Je veux le partager avec vous, du moins dans les grandes lignes, parce que je pense (là c'est mon avis personnel) que bon nombre de colopathies peuvent s'expliquer par une dysbiose.
Le livre est assez imposant il faut bien le dire, mais très bien écrit et documenté, et surtout assez facile d'accès, mis à part quelques termes techniques, mais bon, comment les nommer autrement que par leurs petits noms :) ? Bref, je ne peux qu'en recommander la lecture à ceux qui voudraient en apprendre plus (et non je ne suis pas la nièce du Docteur Mouton qu'il menace de déshériter si elle ne lui fait pas de la pub sur laxophobie.fr :lol: , je pense simplement que ce livre vaut le détour; personnellement je le garde précieusement).

La lecture de ce livre m'a surtout fait prendre conscience de la nécessité de ménager ses intestins qui sont le siège de la majeure partie du système immunitaire (eh oui! :ouch: ).
Un déséquilibre peut entraîner, outre divers symptômes digestifs (même s'ils sont parfois absents), une hyperperméabilité des intestins (leaky gut syndrome), qui laissent alors entrer dans la circulation sanguine des toxines et des antigènes responsables de maladies allergiques, inflammatoires, auto-immunes...Rien que du très réjouissant en somme :sweet: .
Je retiens aussi que l'alimentation joue un rôle primordial, tant dans l'apparition des troubles et leur entretien que leur disparition. Le livre ne comporte pas à proprement parler de chapitre dédié à l'alimentation, mais les conseils sont éparpillés au fil des pages, ils dépendent également du type de dysbiose à traiter. Certains conseils de bon sens sont évidents mais toujours bons à rappeler, vous les trouverez plus loin, dans la partie « Maîtriser la dysbiose ».



LA DYSBIOSE


La flore intestinale (microbiote) héberge des centaines d'espèces de bactéries et de champignons, nécessaires non seulement à la digestion mais aussi à l'intégrité du système immunitaire. Habituellement tous ces micro-organismes travaillent en symbiose.
La dysbiose définit le déséquilibre quantitatif et qualitatif du microbiote.

Traiter la dysbiose ne signifie en aucun cas éradiquer la ou les catégories de bactéries qui se sont développées en excès, mais bel et bien restaurer l'équilibre. Toutes les bactéries commensales (présentes naturellement dans les intestins) sont utiles, oui même celles dont on entend dire autant de mal :D (candida albicans et escherichia coli par exemple).



Tout ce qui suit est extrait du livre « Ecosystème intestinal et santé optimale » du Dr Georges Mouton, Collection Résergence, 4ème édition (2011). J'ai précisé les numéros de chapitres correspondant.
Tout ce qui est écrit en italique est de ma plume :ange: ...
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:07

PROLIFERATION BACTERIENNE (chapitre 9)

*Prolifération bactérienne de l'intestin grêle

L'intestin grêle héberge généralement peu de bactéries. Dans les cas de dysbiose, il est parfois colonisé par les bactéries coliques (bactéries présentes dans le côlon).

Cette pathologie est souvent associée à d'autres maladies touchant la sphère digestive ou non:
Syndrome du côlon irritable, cirrhose hépatique, fibromyalgie et symptôme de fatigue chronique, diarrhée diabétique chronique, maladie cœliaque latente.


*Diverticulite du côlon


*Prolifération des bactéries putréfiantes

Correspond à un excès de protéines.
Le lieu d'élection des bactéries protéolytiques se situe au niveau du côlon gauche descendant.
Les signes cliniques n'ont rien de caractéristique et se retrouvent pour la plupart en cas de fermentation excessive.


*Prolifération des bactéries fermentantes

Correspond à un excès de sucres, hydrates de carbones et fibres végétales.
Le lieu d'élection des bactéries saccharolytiques se trouve au niveau du côlon droit ascendant et dans le cæcum.
Le ballonnement peut prendre des proportions étonnantes, tout comme la quantité de gaz émis, à tel point qu'il s'agit parfois de la plainte dominante.


*Prolifération des bactéries sulfato-réductrices

Se développent de préférence dans le côlon gauche, surtout le sigmoïde et le rectum.
Rappelons, en guise de piste diagnostique, que le sulfure sent l'œuf – très – pourri :D .


*Prolifération des bactéries méthanogènes

Affectionnent davantage le côlon gauche et le sigmoïde.


PROLIFERATION FONGIQUE (chapitre 10)

Généralement associée à la dysbiose de fermentation.
Le genre Candida rassemble la grande majorité des levures rencontrées dans l'intestin humain. L'espèce la plus fréquente, très connue, s'appelle Candida Albicans.
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:10

DIAGNOSTICS CLINIQUES (chapitre 18)

La plupart des symptômes observés sont dûs à une prolifération fongique (levures, champignons), donc la conséquence d'une dysbiose de fermentation.

*Symptômes digestifs

Ce qu'il faut avant tout retenir de ces symptômes digestifs, c'est leur inconstance. Beaucoup de cliniciens estiment que la moitié des cas de dysbiose intestinale ne s'exprime pas au niveau de la sphère digestive, mais bien à d'autres niveaux.

Diarrhée et selles défaites
Constipation
Syndrome du côlon irritable
Ballonnements
Gaz et éructations
Spasmes et crampes
(correspondent le plus souvent à une dysbiose de putréfaction, rarement à la fermentation)
Pyrosis (reflux gastro-intestinal)
Halitose (mauvaise haleine)
Langue chargée
Surcharge hépatique


*Symptômes neurologiques

Ceux-ci reviennent avec plus de constance que les signes digestifs. On pense généralement que les symptômes neurologiques sont liés à l'action délétère des mycotoxines sur le système nerveux.

Fatigue
Dépression
Humeur fluctuante
Céphalées
Pensées confuses
Pertes de mémoire
Anxiété
Narcolepsie
Insomnie
Attirance pour les sucres



*Symptômes dermatologiques

Acné, psoriasis, urticaire, eczéma, érysipèle, prurit...


*Symptômes infectieux

La colonisation intestinale par les levures entraîne une baisse de l'immunité. Dès lors, on rencontre souvent chez ces patients des infections récidivantes.

Otites, sinusites, rhinites, pharyngites, laryngites, trachéites, bronchites, cystites, prostatites, vulvo-vaginites...


*Symptômes immunologiques

On retrouve, dans ce paragraphe, les conséquences classiques du «leaky gut syndrome» (hyperperméabilité des intestins), à savoir affections allergiques, auto-immunes et inflammatoires.

Atopie: allergies cutanées, asthme et allergies alimentaires.
Auto-immunité: maladie de Crohn, rectocolite ulcéro-hémorragique, pancréatite chronique, thyroïdite auto-immune.
Maladies inflammatoires: lupus érythémateux disséminé, syndrome de Sjogren, polyarthrite rhumatoïde.


*Symptômes algiques

Ils sont la conséquence de la perméabilité des intestins; certains s'améliorent de manière spectaculaire suite au traitement intestinal.

Arthralgies, lombalgies, tendinites, fibromyalgie, tétanie...


*Symptômes particuliers aux femmes

Cystites, vulvo-vaginites, dysménorrhée, syndrome prémenstruel, perte de libido, endométriose, infertilité, dyspareunie (douleur pendant l'acte).
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:12

DIAGNOSTICS COPROLOGIQUES (chapitre 19)

Je fais l'impasse sur ce chapitre car l'analyse des selles ne permet pas d'obtenir de résultats pertinents en cas de dysbiose. Elle est utile en cas de colonisation par des bactéries non-présentes à l'état naturel dans les intestins.
La dysbiose se caractérise par un déséquilibre des bactéries qu'on héberge naturellement dans l'organisme (bactéries commensales), et qui, apparemment, ne se plaisent pas dehors :pt1cable: . L'occasion d'en trouver dans les selles est donc très rare; quand ça arrive, c'est plutôt un coup de chance ou le signe d'une colonisation très avancée.



DIAGNOSTICS URINAIRES (chapitre 20)

*Test de perméabilité intestinale

*Marqueurs fongiques (dysbiose de fermentation) et marqueurs bactériens (dysbiose de putréfaction)
Ce lien donne un aperçu des métabolites retrouvés dans les urines, leur présence en excès peut aider à poser le diagnostic.
http://www.osteopatia-still.com/schede/ ... oraFRA.pdf
Il faut zoomer pour arriver à lire correctement leur noms :lol: , c'est quasiment les mêmes que ceux évoqués dans le livre, il y en a juste quelques-uns en moins.



DIAGNOSTICS SANGUINS (chapitre 21)

*Biologie classique

Ici on recherche les signes biologiques d'une dysbiose intestinale. Ils sont classés en 6 catégories: inflammation digestive, infection, activation des défenses immunitaires intestinales, malabsorption des micronutriments, immunité globale réduite, dysfonction enzymatique.

*IgG alimentaires (allergies retardées)

*Maladie cœliaque
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:14

MAITRISER LA DYSBIOSE (chapitre 22)

*MEDICAMENTS
En début de ce chapitre, le Docteur Mouton évoque les médicaments classiquement prescrits par les médecins et donne certaines mises en garde concernant leur utilisation. Selon lui, ces médicaments devraient être relégués en dernier choix, notamment à cause des effets secondaires et des phénomènes de résistance qu'ils engendrent.
Je n'en fais pas la liste, les médecins les connaissent parfaitement.



*ANTIMICROBIENS NATURELS

Antimycosiques:

Extraits de pépins de pamplemousse
Lactoferrine
Acide undécylénique
Acide caprylique
Huile essentielle d'origan
Huile essentielle de thym
Sceau d'or
Pau d'arco
Huile essentielle d'arbre à thé
Noyer noir
A
loès (aloe vera)


Antiprotozoaires et anthelminthiques (antibactériens)

Ail :siffle:
Absinthe douce :whistle:
Potiron
Girofle


L'énorme avantage de ces antimicrobiens naturels par rapport aux médicaments correspondant réside dans leurs effets secondaires, toxiques et interactions nettement moindres. Ils ne doivent cependant pas être considérés comme inoffensifs et il faut les manipuler, en particulier les huiles essentielles (très puissantes), comme des médicaments. Mais cela sera tout simplement plus sûr et plus facile.


*MESURES NUTRITIONNELLES

Eviter les sucres rapides
Eviter l'excès de glucides (même complexes)
Eviter le manque de lipides
Nourrir l'écosystème

Le docteur Mouton conseille la répartition suivante: 40% de glucides, 30% de protéines, 30% de lipides.
Exclure les aliments allergisants (IgE et IgG)
Eviter les agresseurs de l'écosystème (médicaments, alcool, stress, épices fortes)
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:16

OPTIMISER LA MICROFLORE (chapitre 24)

*Probiotiques
Plusieurs espèces de probiotiques sont citées en fonction des différentes pathologies.
En ce qui concerne le côlon irritable, le plus efficace semble être Lactobacillus plantarum.


*Prébiotiques

*Synbiotiques (combinaison entre probiotiques et prébiotiques)

Les probiotiques, prébiotiques et synbiotiques constituent des armes thérapeutiques nouvelles et puissantes, contribuant à restaurer la santé intestinale et possédant dès lors un impact considérable sur la santé et le bien-être des sujets traités.
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:18

SOUTENIR LA DIGESTION (chapitre 25)

Chez de nombreux patients dysbiotiques, certaines phases de la digestion sont anormales. Dans ce cas nous suppléerons aux manques.

*Bétaïne HCL ou glutamate HCL
En cas d'hypochlorhydrie, dont les principaux symptômes peuvent être: réplétion gastrique immédiatement après les repas, douleur abdominale haute post-prandiale, digestion lente, halitose, éructations, ballonnements gastriques, flatulences, reflux, nausées, vomissements, diarrhée, constipation, résidus alimentaires non digérés dans les selles.

*Enzymes digestifs
En cas de carences en enzymes dont les causes peuvent être: hypochlorhydrie, prédominance d'une alimentation industrielle, mastication insuffisante, excès alimentaires, régimes déséquilibrés.
Enfin, les fréquentes allergies alimentaires et leaky gut syndrome justifient un apport en enzymes digestifs, car il faut éviter la stimulation du système immunitaire par des aliments encore incomplètement digérés.

*Concentré de bile
En cas d'insuffisance biliaire, dont les symptômes peuvent être: nausées, vomissements, dyspepsie, pesanteur post-prandiale, constipation, douleur dans l'hypocondre droit irradiant vers l'omoplate et l'épaule droite.

*Herbes digestives
Parmi lesquelles: cumin, gingembre, carvi, menthe poivrée, fenouil, aneth, céleri, anis vert, ajowan

*Substrats bactériens
Fibres végétales (pour soutenir la flore de fermentation)
Protéines de petit-lait (pour soutenir la flore de putréfaction)
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par sinead » Lun 08 Juil 2013, 17:20

ABAISSER LA PERMEABILITE (chapitre 26)

*Glutamine
La durée du traitement n'est pas limitée dans le temps, vu l'absence totale de toxicité de cet acide aminé. Il n'y a pas de contre-indications. Des quantités de 4 à 8 g semblent suffisantes pour freiner et stabiliser les lésions.
*Zinc
Le zinc représente un nutriment capital de la muqueuse intestinale. Nous conseillons les formes biodisponibles, comme les sels organiques (orotate, gluconate) et surtout les chélates (picolinate, oxoproline), c'est-à-dire une association du zinc avec un acide aminé.
La posologie est pas super claire, pour être prudent, mieux vaut ne pas dépasser 15mg.
*Rétinol (vitamine A)
Toxicité potentielle
*Acide folique (vitamine B9)
*Butyrate
Il est rarement donné en supplément, car il faut apporter la priorité aux corrections nutritionnelles et à l'apport de bactéries intestinales susceptibles de le produire, c'est-à-dire aux probiotiques.
*N-acétyl-glucosamine
*Phospholipides
*Acides gras oméga 3
Poissons gras, huiles de poisson, huiles végétales (graines de lin, noix, colza)
*Antioxydants
Il faut recommander l'utilisation de complexes antioxydants, plutôt que des antioxydants isolés, au moins en l'absence d'un profil antioxydant réalisé au travers d'une biologie sanguine.
*Plantes
Ginkgo, aloès, uňa de gato, thé vert, réglisse
*Multivitamines
*Vers :heink:

Surtout utilisés dans le traitement des maladies inflammatoires
Avatar de l’utilisateur
sinead
Membre en retrait
 
Message(s) : 2646
Inscription : Mer 13 Août 2008, 20:08
 

Re: La dysbiose

Message par Monky » Mar 09 Juil 2013, 10:04

Super, plein de bons conseils, merci ! :bounce:
"Toute chose a une fin, sauf la banane, qui en a deux." Proverbe africain
Avatar de l’utilisateur
Monky
Membre de bronze
 
Message(s) : 177
Inscription : Ven 03 Mai 2013, 21:59
 

Re: La dysbiose

Message par beurkinette » Jeu 19 Déc 2013, 16:07

tres interessant, merci Sinead!
L'humour, c'est la politesse du désespoir - Boris Vian
Avatar de l’utilisateur
beurkinette
Membre d'argent
 
Message(s) : 503
Inscription : Jeu 10 Sep 2009, 18:46
 

Re: La dysbiose

Message par Magdag » Jeu 25 Sep 2014, 11:39

Gros taf, merci !

Je me retrouve dans 90% des *Symptômes digestifs
dans 60% des *Symptômes neurologiques
Les sinusites à longueur de temps aussi (aussi du à mes problèmes dentaires je pense, que je suis en train d'enfin régler...)

J'en parlerai à mon généraliste et à mon gastro quand j'irai en voir un (sous peu) :D
Avatar de l’utilisateur
Magdag
Habitué
 
Message(s) : 63
Inscription : Dim 15 Juin 2014, 2:17
 
 

Retour vers Informations multimédias

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron