De la jouissance d'être laxophobe

Discussions relatives aux processus psychologiques liés à la maladie.
Comment sortir d'une attaque de panique ? Comment se préparer à une épreuve ? Quelle attitude adopter ?

Modérateur: Modo_Team

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par loulou » Dim 06 Avr 2008, 20:55

:lol: vu comme ça.... :whistle:
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Mary-Elen » Mer 09 Avr 2008, 6:56

C'est bizarre, tout le monde parle des trajets en voiture, moi c'est une des seules chose qui ne me stress pas. :mmm:

Sinon je n'ai pas lu entièrement l'article de Jeff. Mais il y a beaucoup de vrai, pour ma part dans cette histoire de complaisance :sweet:
Ma mère me dit tout le temps que je n'ai pas envie de guérrir :fou: que je n'y crois pas, que je ne m'accroche pas....
Et ça m'enerve trop quand elle dit ça !!! :mur:

Mais je reconnais que ma laxophobie est une "manière de me protéger", un "prétexte" pour éviter les situations difficiles ...
J'ai du mal a me dire qu'un jour je guérrirai, enfaite j'envisage l'avenir en restant laxophobe. :cry:
C'est très difficile, mais j'ai l'impression que cela empire de jour en jour ...

Maintenant, je ne vais pas dire que je suis heureuse de cette situation ! Bien au contraire j'en souffre énormément, enfin vous etes bien placés pour me comprendre....
Dailleurs lorsque ça a commencé je me disais que ça passerait tout seul, mais finalement non.
Et maintenant je psychote trop dessus, je suis toujours entrain de focaliser sur mon ventre. :(

Mais voila .... Désolé pour ma "non-PBA" lol
:( :euhh: :euhh:
* Une grosse pensée et un grand merci à vous tous, les seuls à me comprendre. *

Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve !
St Exupery
Avatar de l’utilisateur
Mary-Elen
Membre de bronze
 
Message(s) : 251
Inscription : Ven 28 Mars 2008, 9:42
Localisation : 75, Colo D.
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Neko » Mer 09 Avr 2008, 9:57

C'est assez paradoxal, en fait.
Comme si on avait "besoin" de nos phobies pour se sentir exister...
En tout cas c'est ce que moi je ressens. Et j'ai fini par me rendre compte qu'elles faisaient partie de ma vie, comme des "compagnes" de mon quotidien...
Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois. Barjavel
Tu dois contrôler tes émotions si tu ne veux pas que tes émotions te contrôlent. Star Trek XI - Sarek
Avatar de l’utilisateur
Neko
Ancien
 
Message(s) : 4095
Inscription : Jeu 31 Août 2006, 8:19
Localisation : Ain
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Mary-Elen » Mer 09 Avr 2008, 12:35

Neko a écrit :C'est assez paradoxal, en fait.
Comme si on avait "besoin" de nos phobies pour se sentir exister...
En tout cas c'est ce que moi je ressens. Et j'ai fini par me rendre compte qu'elles faisaient partie de ma vie, comme des "compagnes" de mon quotidien...



Ouai moi c'est un peu pareil :sweet:
* Une grosse pensée et un grand merci à vous tous, les seuls à me comprendre. *

Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve !
St Exupery
Avatar de l’utilisateur
Mary-Elen
Membre de bronze
 
Message(s) : 251
Inscription : Ven 28 Mars 2008, 9:42
Localisation : 75, Colo D.
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par loulou » Mer 09 Avr 2008, 13:36

et ouais...c'est bien ça le problème...qu'est ce qui se passe si on lache la phobie qui fait partie de nous et de notre vie depuis si longtemps ? est-ce qu'on perd notre identité ?
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Mary-Elen » Mer 09 Avr 2008, 16:52

loulou a écrit :et ouais...c'est bien ça le problème...qu'est ce qui se passe si on lache la phobie qui fait partie de nous et de notre vie depuis si longtemps ? est-ce qu'on perd notre identité ?


Oui ?! Et puis moi ça fait pas si longtemps que ça pourtant... (presque 2 ans) :??:
Mais avant j'étais déja très renfermée sur moi-même, mal dans ma peau, super timide, et super stressée aussi.
* Une grosse pensée et un grand merci à vous tous, les seuls à me comprendre. *

Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve !
St Exupery
Avatar de l’utilisateur
Mary-Elen
Membre de bronze
 
Message(s) : 251
Inscription : Ven 28 Mars 2008, 9:42
Localisation : 75, Colo D.
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par audrey » Mar 15 Avr 2008, 9:30

ce sentiment de perdre une partie de son identité en perdant sa pathologie est commun à beaucoup d'autres maladies

l'alcoolisme: les patients sobres, qui n'ont pas rechuté depuis des dizaines d'années continuent de fréquenter les groupes de paroles. Il y trouvent un soutien certes, mais aussi une reconnaissance identitaire
l'obesité: les patients amaigris continuent à se vivre obèses, leur silhouette change, mais le schéma corporel psychique peut mettre des années à evoluer
le handicap: je repense à cette scène de la série urgences, ou la chef de service qui a marché en boitant et en utilisant une bequille une grande partie de sa vie , se fait opérer. suite à l'opération elle est techniquement capable de marcher sans aide, mais elle n'arrive pas psychologiquement à laisser sa bequille, elle a peur de perdre une partie de ce qu'elle est en la rangeant dans un placard.

Peut être que si nous comprenons pourquoi nous n'arrivons pas à ranger la laxophobie au placard,
un jour nous comprendrons de quel placard elle est sortie
et pourquoi nous l'avons sorti du placard....
BIP BIP !!! Image
Avatar de l’utilisateur
audrey
Ancien
 
Message(s) : 3332
Inscription : Jeu 15 Fév 2007, 21:49
Localisation : R.P (colo type D- laxo + agoraphobe)
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Vibrisse » Mar 15 Avr 2008, 10:46

Je ne suis pas laxophobe, mais j'ai d'autres angoisses, et je comprends vos interrogations.
Franchement, j'en suis arrivee a penser que comprendre le "pourquoi du comment" ne sert pas a grand chose. Sur le coup, quand on a compris une partie du puzzle, quand on a decode un moment de sa vie, on se dit : ah oui, c'est donc ca... et on est contents, on a l'impression d'avoir un peu plus de maitrise sur toutes ces histoires...
Mais au quotidien, rien ne change, et une fois la satisfaction d'avoir trouve (c'est ce qu'on pense) un bout de la reponse, c'est retour a la case depart.
Apres tout, cette "explication" qu'on a trouve, ou qu'on cherche deseperement a trouver, est-elle la bonne ? Je pense que ca n'a aucune importance, puisque de toute facon, on a trouve un discours sur soi, on a elabore une explication, alors celle-la ou une autre... et qu'en plus, l'effet sur les souffrances au quotidien est tres minime. Ca se transforme en quete sans fin !

A mon avis, pour que les choses changent, il faut qu'il y ai quelque chose qui se passe, "en soi", quelque chose d'inexplicable et d'indicible, quelque chose dont on ne se rend d'ailleurs pas forcement compte. Aller voir un psy, ca doit servir a ca, a provoquer ce quelque chose.
Je suis revenue sur le reste, meme si je suis de votre avis, le partage a quelque chose de therapeutique, et qu'il vaut mieux s'exprimer que de tout garder pour soi.
Avatar de l’utilisateur
Vibrisse
Habitué
 
Message(s) : 51
Inscription : Jeu 10 Avr 2008, 12:06
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Neko » Mar 15 Avr 2008, 12:09

Je suis assez d'accord avec toi, Vibrisse.
Vivre les malheurs d'avance, c'est les subir deux fois. Barjavel
Tu dois contrôler tes émotions si tu ne veux pas que tes émotions te contrôlent. Star Trek XI - Sarek
Avatar de l’utilisateur
Neko
Ancien
 
Message(s) : 4095
Inscription : Jeu 31 Août 2006, 8:19
Localisation : Ain
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par audrey » Mar 15 Avr 2008, 17:00

moi aussi je rejoins ton avis, disons que je le partage sur certains points

notamment la psychanalyse
je me suis tapé cinq ans de psychanalyse freudienne
avec trois seance d'une heure par semaine

alors je dois dire que c'est pas totalement inefficace
mais au bout d'un moment en effet, même si on va chercher très loin dans ses souvenirs, dans ses traumatismes refoulés, il y a un moment ou la recherche de causalité n'a pas d'effet therapeutique

ex : oui j'ai vecu des maltraitances graves dans mon enfance,
l'analyse, ça m'a permis de remonter ces vieux souvenirs, bien glauques
ok???? et après, chercher la cause, trouver des raisons d'être phobique ne libère pas forcément de la phobie
je suis d'accord avec toi
comprendre rationellement les choses ne libère pas forcément non plus
Mais la recherche de sens n'attenue t elle pas la souffrance?
Pour ma part je pense que c'est le cas, mettre du sens, même du sens symbollique et fantasmé sur un symptôme c'est commencer à reduire la douleur du symptome, à le mettre à distance, à l'appréhender autrement.

il faut comme tu le dis un changement radical au plus profond de soi
dans une partie très intime, à un niveau physique,psychique et pourquoi pas spirituel...

il faut faire une petite revolution interieure en quelques sortes
pas seulement chercher le coupable, le facteur responsable de la phobie

Actuellement je fais une TTC, on ne cherche pas vraiment à comprendre pourquoi on est devenu phobique, plutot comment on est devenu phobique, c'est une approche interessante et pragmatique et certainement beaucoup moins superficielle qu'on ne le croit.

Pour ma part je m'interroge aussi sur le sens spirituel de la maladie
je suis en plein questionnement mystique
et c'est aussi pour ça que je me tourne vers les arts martiaux comme methode therapeutique

car je pense pouvoir atteindre par ce biais, cette evolution dont tu parles, cette appréhension complète et profonde de soi et de la pathologie;
BIP BIP !!! Image
Avatar de l’utilisateur
audrey
Ancien
 
Message(s) : 3332
Inscription : Jeu 15 Fév 2007, 21:49
Localisation : R.P (colo type D- laxo + agoraphobe)
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par audrey » Mar 15 Avr 2008, 17:10

Vibrisse a écrit :A mon avis, pour que les choses changent, il faut qu'il y ai quelque chose qui se passe, "en soi", quelque chose d'inexplicable et d'indicible, quelque chose dont on ne se rend d'ailleurs pas forcement compte.


ça peut être très long ce type de changement
d'ailleurs les changements trop rapides (amaigrissement trop rapides, revirement d'opinion etc...) sont souvent inefficace
cette chose inexplicable et indicible, dont tu parles, c'est en quelques sortes passer une etape dans la connaissance de soi et du monde

passer cette etape, ça peut se faire de différentes façons, seul par l'introspection et le retour sur soi, avec un psy, avec une personne de confiance, par le biais d'une revelation philosophique, artistique ou mystique.

je crois que la maladie a un sens qui nous transcende tous, et j'essaye d'accepter l'idée qu'une vie toute entière ne me suffirait pas à la comprendre
j'essaye d'accepter que je ne peux peut être pas la comprendre, et qu'il faut simplement lacher prise....
BIP BIP !!! Image
Avatar de l’utilisateur
audrey
Ancien
 
Message(s) : 3332
Inscription : Jeu 15 Fév 2007, 21:49
Localisation : R.P (colo type D- laxo + agoraphobe)
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par loulou » Mar 15 Avr 2008, 17:13

:jap: entièrement d'accord !!

entre le pourquoi on est phobique et le comment on est devenu phobique...je crois que toutes les approches sont bonnes a prendre, elles se complètent, elles s'imbriquent...Psychothérapie, psychanalyse, thérapie comportementale, suivi gastroentérologue...tout est bon à prendre. Ca a au moins l'intéret de nous aider a mieux nous comprendre
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: De la jouissance d'être laxophobe

Message par Vibrisse » Mar 15 Avr 2008, 20:00

Je me retrouve dans ce que tu dis, Audrey : la quete de sens est une attenuation, ou en tout cas un moyen de diminuer les effets de la maladie. C'est pour ca que je pense reprendre une therapie, mais laquelle ? Je souhaite laisser la quete de sens derriere moi ; j'ai l'impression d'avoir trouve des reponses, peut etre d'ailleurs que je me trompe, mais je crois que je suis allee assez loin sr ce plan la, du moins, pour l'instant.

Quand je parlais de ce "changement", de ce quelque chose qui bouge en soi, je parle d'une mutation dont on a parfois pas conscience ; tu as du sortir queluqes fois de tes seances avec un sentiment etrange, celui d'avoir accompli quleque chose, sans savoir quoi, et alors que tu n'avais pas non plus l'impression que cette seance t'avais apporte une revelation, ou une explication precise ? il s'est passe quelque chose, mais on ne sait pas quoi...
Avatar de l’utilisateur
Vibrisse
Habitué
 
Message(s) : 51
Inscription : Jeu 10 Avr 2008, 12:06
 
 
Précédent

Retour vers Thérapies psychologiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité