La Positive Battante Attitude

Discussions relatives aux processus psychologiques liés à la maladie.
Comment sortir d'une attaque de panique ? Comment se préparer à une épreuve ? Quelle attitude adopter ?

Modérateur: Modo_Team

Re: La positive battante attitude

Message par Vibrisse » Dim 13 Avr 2008, 20:27

Je prends du Spasfon, mais ca ne me fait plus grand chose, pour ne pas dire rien du tout...
Et puis, tant que je suis "gonflee" comme une baudruche, il n'y a pas trente six solutions pour avoir moins mal, mais bien sur, je ne peux eventuellement etre soulagee (un petit peu) qu'en passant mon temps aux toilettes, et encore.
Et ce n'est pas toujours faisable :sweet:
Avatar de l’utilisateur
Vibrisse
Habitué
 
Message(s) : 51
Inscription : Jeu 10 Avr 2008, 12:06
 

Re: La Positive Battante Attitude

Message par Elinäa » Sam 26 Avr 2008, 10:32

-Tenir 6 h pour un DS de Philo
-Aller à des concerts
Et moi mon truc (pour ceux qui ont ^peur de rester enfermés dans des pièces) c'est d'écouter tous les petits bruits (ce qui se passe dehors, le bruit de la plume sur le papier, le bruit des pages qui se tournent... ça fait diversion, et ça rassure..) voilà :bravo:
"Try again, Fail again, Fail better" Beckett
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Elinäa
Membre de bronze
 
Message(s) : 193
Inscription : Jeu 24 Avr 2008, 17:00
 

Re: La positive battante attitude

Message par Elinäa » Ven 02 Mai 2008, 14:09

J'espère devenir une guerrière de la PBA, parce que j'en ai vraiment besoin ! c'est sur que pendant les crises, on a beau se dire tout ce qu'on veut, quand on est laxo comme moi, faut que ça se vide :attente:
Mais sinon, la PBA me sert surtout quand j'ai peur ou quand je suis angoissée à l'avance de devoir aller quelque part. C'est sur que c'est mieux quand on est pas déprimé ! je pense aussi qu'on peut s'entourer de gens qui nous aident à avoir la PBA! Voilà! soyez des guerriers et des profiteurs de la vie !!!! :pompom:
"Try again, Fail again, Fail better" Beckett
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Elinäa
Membre de bronze
 
Message(s) : 193
Inscription : Jeu 24 Avr 2008, 17:00
 

Re: La positive battante attitude

Message par putaindecolo » Dim 04 Mai 2008, 20:37

La PBA n'est pas une fin en soi mais doit être perçue comme une aide, en tout cas un moyen de dédramadiser .... Que la maladie ne devienne pas le centre de votre vie mais que vous soyez vous au centre de votre vie.

Le changement ne se fait pas en un jour non plus ... il faut insister, parfois on essuye des échecs, on a mal, on en a marre, on se dit que rien ne marche. La PBA c'est aussi accepter les rechutes et se dire que demain ça ira mieux ...

PBA PBA !
Avatar de l’utilisateur
putaindecolo
Ancien
 
Message(s) : 1162
Inscription : Ven 18 Août 2006, 16:12
Localisation : PARIS ET RP
 

Re: La positive battante attitude

Message par Elinäa » Dim 04 Mai 2008, 20:40

putaindecolo a écrit :
Le changement ne se fait pas en un jour non plus ... il faut insister, parfois on essuye des échecs, on a mal, on en a marre, on se dit que rien ne marche. La PBA c'est aussi accepter les rechutes et se dire que demain ça ira mieux ...

PBA PBA !

je suis d'accord avec toi, l'échec accepté fait partie de la PBA, et la PBA n'est pas centrale, enfin... moinscentrale que de profiter de la vie normalement :euhh:
"Try again, Fail again, Fail better" Beckett
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Elinäa
Membre de bronze
 
Message(s) : 193
Inscription : Jeu 24 Avr 2008, 17:00
 

Re: La positive battante attitude

Message par putaindecolo » Dim 04 Mai 2008, 20:49

Disons que c'est un moyen de gestion du stress donc des crises de toute la partie "intouchable" qui est dû à l'esprit ou "aggravé" par l'esprit ... on ne peut certes pas limiter le côté physique des crises (une crise est là, elle est là) mais diminué le côté psycho qui pourrait jouer dessus est à mon avis important.
Avatar de l’utilisateur
putaindecolo
Ancien
 
Message(s) : 1162
Inscription : Ven 18 Août 2006, 16:12
Localisation : PARIS ET RP
 

Re: La positive battante attitude

Message par Elinäa » Dim 04 Mai 2008, 20:55

Moi j'y arrivais pas trop à utiliser la PBA au moment des crises jusqu'au moment où je me suis rendue compte qu'il y a un moment précis pour y avoir recours (pour mon cas, c'est juste une perception subjective :euhh: )
-après être allée aux :wc: , soulagée, je me concentre sur mon mental (pour revenir en cours) avec un esprit de guerrière
-à la fin de la journée, en me mettant au lit, je pense à ce que j'ai traversé dans la journée, et je me félicite.
J'alterne fermeté et douceur :love:
"Try again, Fail again, Fail better" Beckett
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Elinäa
Membre de bronze
 
Message(s) : 193
Inscription : Jeu 24 Avr 2008, 17:00
 

Re: La positive battante attitude

Message par putaindecolo » Lun 05 Mai 2008, 5:42

Tu as trouvée ta voie et tu sens ton "feeling", ton bien être ... c'est abstrait à expliquer une sensation :lol: mais ne sombrer pas dans le pessimisme, les petites victoires sont un début :pouce:
Avatar de l’utilisateur
putaindecolo
Ancien
 
Message(s) : 1162
Inscription : Ven 18 Août 2006, 16:12
Localisation : PARIS ET RP
 

Re: La positive battante attitude

Message par Elinäa » Lun 05 Mai 2008, 11:17

vive les petites victoires et les gros échecs ! :lol:
"Try again, Fail again, Fail better" Beckett
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Elinäa
Membre de bronze
 
Message(s) : 193
Inscription : Jeu 24 Avr 2008, 17:00
 

Re: La positive battante attitude

Message par meganest » Jeu 08 Mai 2008, 19:07

Après une soirée mouvementée en laxophobisation ;) , j'ai écrit sur ordi mon ressenti de la situation et ma volonté ainsi que ma prochaine technique pour m'en sortir. Je crois que ça correspond bien à la position battante attitude!

Je tiens à le partager avec vous pour continuer l'entraide! C'est un peu long, bravo aux courageux qui iront au bout, mais je pense que ça peut être interessant pour tout bon laxophobe! :)


"Bon je suis bien laxophobe.
Quoique je fasse pour contrer ça pour l’instant, je ne pourrai rien changer à ce fait.
C’est marrant, même le dictionnaire de Office ne connait pas ce mot. Et pourtant ça existe, c’est bien réel !
Dès que je suis en présence proche de quelqu’un avec qui je ne peux pas me permettre de me lâcher au maximum sans avoir très honte et très peur des conséquences, je développe cette phobie.
Et j'ai essayé toutes techniques ou éléments extérieurs "rassurants", rien ne calme cette phobie. Il faut donc l’accepter.

Hier soir on prévoyait de passer une soirée tous les deux avec mon copain, chez lui. Je commençais à paniquer avant qu’il ne suggère un barbecue.
L’idée m’a beaucoup plu et surtout calmée car dans ma tête j’étais persuadé que le fait d’être à l’air libre ne pouvait pas me déclencher de crise.
Erreur.
A peine mis à table, des paramètres m’ont vite mis mal à l’aise. Table trop basse et donc mon ventre dans une position inconfortable, pas un poil d’air et donc aucune échappatoire pour éventuellement me soulager discrètement ou courir aux toilettes, et surtout devoir manger des côtelettes alors que la crise commençait et que mon ventre se nouait.

Bref, crise inévitable. Ce n’était pas la pire bien sur, elle était raisonnable mais m’a très vite miné le moral. Pour les symptômes : mal au ventre, gaz désagréables et difficile à retenir (même si je le fais quand même), gargouillis et forte envie de soulager mes intestins même si je savais que concrètement il ne se passerait rien une fois aux toilettes.
Et comme à chaque fois ou ça arrive, je me répétais incessamment des « Non ça ne doit pas arriver » et des « calme toi », qui ne font qu’empirer les choses puisque je fais le contraire de ce qu’il faudrait !

Je ne suis pas du genre à baisser les bras, ni à subir, mais j’ai compris hier soir que la seule manière de vivre bien malgré cette phobie qui est bien réelle, c’est d’accepter qu’elle est là et que je dois vivre avec. En gros d’adapter ma vie en fonction de ça pour ne pas la gâcher.
Pendant qu’il faisait la vaisselle, je suis restée face au feu de bois qui crépitait devant moi dehors, et je réfléchissais profondément à ça, au fait d’accepter et de tolérer cette maladie.
Je me suis dis : bon je viens d’avoir une crise, c’est sûr que ça peut recommencer et là j’ai envie de rentrer chez moi et de me terrer dans la plus profonde tristesse pour tenter d’oublier mon mal être : mais pourquoi se miner la soirée et sacrifier les bons moments qui peuvent venir (en dehors des crises) au lieu d’accepter les moments où je suis malade et de profiter de ceux où je suis bien ?

A force de réflexion, j’ai intégré totalement l’idée : oui je peux criser à nouveau et ressentir encore une fois ce désagréable sentiment que mon corps m’abandonne et que je me fais du mal, mais ça ne doit pas m’empêcher de continuer la soirée comme elle était prévue, d’accepter les futures crises si elles reviennent plus tard sans jamais penser que ça doit clore la soirée, et même si c’est fatiguant, de persister jusqu’à temps qu’un jour mon corps et ma tête se rassurent et répondent à mes attentes.

Et cette technique s’est avérée efficace du moins pour mon état mental, on a passé une très bonne fin de soirée, j’ai failli retomber mal à un moment mais j’ai géré en me disant que si ça arrive je gère et qu’au pire je vais aux toilettes: j'ai évité la grosse déprime de fin de soirée.

Tout ça pour dire que la semaine prochaine on risque de passer des nuits complètes ensemble car des occasions nous le permettent (je n’ai pas encore eu le courage de rester dormir avec lui la nuit dernière).
Pour être le plus possible en accord avec moi-même il va falloir que je prévoie de dormir chez lui avant même de partir de chez moi, car si je me donne des échappatoires je ne m’en sortirai jamais.
Une fois que l’idée sera intégrée, le stress sera là mais je ne me sentirai pas obligée de rester dormir mais plutôt attirée par l’idée et rassurée par le fait que quoiqu’il puisse m’arriver et même si je crise, je n’aurai pas en tête l’envie de rentrer chez moi.
Si je crise, même dès le début de soirée, la soirée doit continuer comme prévu, car rien de concret ni de palpable ne m’en empêche.
Si je re-crise, je me re-calme et poursuit à nouveau.
Mais dans tout ça j’accepte que je suis laxophobe, que je dois vivre avec ça, que ça ne me rend pas la vie évidente, mais que ça ne m’empêchera pas de l’aimer."
"I want to believe" (X-Files)
Avatar de l’utilisateur
meganest
Habitué
 
Message(s) : 42
Inscription : Mar 26 Fév 2008, 20:02
 

Re: La positive battante attitude

Message par KAT » Jeu 08 Mai 2008, 20:38

c'est exactement ça ! je suis aléle jusqu'au bout, et je suis 100% d'accord !!

:jap:
Kat, la Warrior du PBA

le fée Clochette c'est moi !
ding ding ding.....
Avatar de l’utilisateur
KAT
Ancien
 
Message(s) : 6301
Inscription : Ven 18 Août 2006, 20:30
Localisation : 95 (colo type D et laxo modérée)
 

Re: La positive battante attitude

Message par loulou » Ven 09 Mai 2008, 9:51

petite précision : le terme laxophobie a été inventé par un membre du forum ;)

hier j'ai fait aussi un barbecue, j'ai pas eu de crise mais je vois bien dans quel état tu pouvais etre.
je crois que cette p***** de phobie commence a régresser quand d'abord on l'a accepté comme faisant partie de nous...donc quand elle se pointe, on se dit "pfff c'est bon, je te connais toi maintenant, t'es trop prévisible" et du coup elle n'a plus de moyen que de partir ou diminuer puisqu'elle ne nous fait plus peur !

ca je l'ai compris récemment et je crois que quand l'entourage est au courant c'est beaucoup plus facile de l'accepter :jap:
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: La positive battante attitude

Message par meganest » Ven 09 Mai 2008, 19:01

Excellent, je vois qu'on se comprend!! :)

Par contre donc comme prévu je vais surement passer une ou deux nuits chez lui cette semaine, mais comme il finit vers 23h en ce moment je vais debarquer en gros chez lui juste pour dormir.
Et comme c'est LE truc qui me fait flipper car je n'arrive pas à me calmer dans le silence et l'impossibilité de bouger de ma place, je me pose une question:

Comment sait on qu'on a vraiment envie de quelque chose quand celle ci nous terrifie??
En gros: je suis terrifiée à l'avance pour ces nuits au point que j'ai l'impression de me forcer un peu à y aller car je l'associe à des sensations desagreables et j'en oublie les agreables. J'aime mon copain, j'adore vraiment passer du temps avec lui mais la peur de ce moment précis est si violente que je n'arrive pas à savoir si j'ai quand meme envie de ce moment!

Comment savoir??
"I want to believe" (X-Files)
Avatar de l’utilisateur
meganest
Habitué
 
Message(s) : 42
Inscription : Mar 26 Fév 2008, 20:02
 

Re: La positive battante attitude

Message par loulou » Ven 09 Mai 2008, 20:42

ah j'étais comme toi au début..Puis plus on le fait, moins ça fait peur !
tu t'habitues donc la phobie se dissipe.

et en plus, tu y vas juste pour dormir et un homme quand ça dort, ça dort !! :lol:
j'ai été malade une fois avec mon homme a coté de moi dans le lit, il dormait a poing fermés ;)

essayé d'y aller zen, (je sais, c'est facile a dire), moi je suis sure que ça va bien se passer et comme ça, la fois d'aprés tu seras moins stressée :)
"Le but du jeu dans la vie, c’est de rester vivant !" Melvin 6 ans
Avatar de l’utilisateur
loulou
Ancien
 
Message(s) : 12571
Inscription : Sam 02 Déc 2006, 20:05
Localisation : Lyon (laxo-agoraphobe)
 

Re: La positive battante attitude

Message par meganest » Ven 09 Mai 2008, 21:06

Merci loulou!
On va s'appeler ce soir tard lorsqu'il sortira du boulot, je vais essayer de me contrôler et pourquoi pas de saisir l'occas s'il me la re-propose de dormir chez lui dès ce soir?
Bon là c'est pas encore gagné mais dans tous les cas on a fixé demain soir sur!
Comme ça je me defilerai pas!

Je me dis qu'en plus ça fait quelques semaines qu'on n'a pas dormi toute une nuit ensemble (souvent je rentre chez moi dormir ou bien il bosse mais en dehors de ça on se voit absolument tous les jours :) ) donc il vaut peut etre mieux etre bien preparée car le stress sera très intense et donc fixer ça tranquille pour demain soir plutôt que de se précipiter ce soir sous la forme "je me lance un défi"!

En tout cas loulou je suis totalement de ton avis: il faut persister pour réussir. Mais c'est clair que c'est pas évident de penser positif et de persister quand on sait la panique et la fatigue que ça engendre!
"I want to believe" (X-Files)
Avatar de l’utilisateur
meganest
Habitué
 
Message(s) : 42
Inscription : Mar 26 Fév 2008, 20:02
 
 
PrécédentSuivant

Retour vers Thérapies psychologiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité